Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) L’origine la plus vraisemblable de cette locution peut se trouver dans la menuiserie, un parquet « à bâtons rompus » étant un parquet dont les lames sont assemblées en bouée d’équerre avec le chant des travaux contigus.

Locution adverbiale Modifier

à bâtons rompus \a bɑ.tɔ̃ ʁɔ̃.py\

  1. De manière désorganisée, avec de fréquentes interruptions.
    • Cette conversation se faisait, comme on dit familièrement, à bâtons rompus, à travers la partie et au milieu des appréciations que chacun se permettait […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Je me suis expliqué à bâtons rompus, en précisant que je le prenais tout entier comme je pouvais ce monde invivable, mais que s’il ne m’était plus permis d’en rire et de m’en moquer, cette vie ne valait certainement pas la peine d’être vécue. — (François-Xavier Ajavon, J’ai infiltré un stage de citoyenneté, sur RING : News, culture & société (www.surlering.com), le 24 mai 2010)
    • Travailler à quelque chose à bâtons rompus. — Je n’ai pu m’occuper de cette affaire qu’à bâtons rompus.

TraductionsModifier

Voir aussiModifier