Voir aussi : à contre-cœur

Étymologie

modifier
« Qui va contre le cœur », où « cœur » est à prendre dans le sens de « ce que l’on aime ».

Locution adverbiale

modifier

à contrecœur \a kɔ̃.tʁə.kœʁ\

  1. À regret ; avec répugnance ; malgré soi.
    • Si un policier seul recueille un témoignage, il sera toujours possible au suspect qui a parlé à contrecœur de nier ses aveux par la suite. Deux affirmations ont plus de poids qu’une seule devant un jury — (Georges Simenon, Maigret et le corps sans tête, chapitre 2, Presses de la Cité, 1955 ; réédition Le Livre de poche n° 14238, 2002, ISBN 978-2-253-14238-6, page 33)
    • Sur la steppe rouge du Planalto central, où les arbres ne poussent qu’à contrecœur, Brasilia est une ville retranchée, une capitale solitaire, loin, très loin, du Brésil utile, du pays réel. Bâtie par des disciples de Le Corbusier, elle a été soumise à la rigueur, à la raideur calvinistes du vieux maître, […]. — (Charles Vanhecke, Brésil, Éditions du Seuil, Paris, 1976)
    • Massacrer un gentil, vraiment j’y allais à contrecœur. — (Franz Bartelt, Le Jardin du bossu, Gallimard, 2004)
    • Aussi, presque à contrecœur, tire-t-il de sa musette un morceau de bruccio. — (Roger Borniche, L’Archange, éditions Grasset et Fasquelle, 1978, chapitre 28)

Variantes

modifier

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du français à contrecœur.

Locution adverbiale

modifier

à contrecœur

  1. (Gallicisme) À contrecœur.

Synonymes

modifier