Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Repris du moyen français (Rabelais, 1532) par Théophile Gautier dans Le Capitaine Fracasse.

Locution adverbiale Modifier

à jambes rebindaines \a.ʒɑ̃.bə.ʁə.bɛ̃.dɛn\

  1. (Rare) Les jambes en l’air.
    • Son siège, las de le porter, s’était rompu, et le gros homme, étendu à jambes rebindaines, se démenait comme une tortue retournée en poussant des gloussements inarticulés. — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, chapitre II)
    • Où d’aucuns tombèrent dans le ruisseau à jambes rebindaines, grand sujet d'hilarité pour les autres, qui s’esclaffaient de rire et se tenaient les côtés à les voir se relever tout punais et contaminés de fange. — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, chapitre IX)
    • Un triomphant vacarme emplissait la salle; une douzaine d'individus avaient roulé par terre et dormaient, à jambes rebindaines, et, dans les coins, des égueulées, les cheveux épars, ardaient sous les regards flambants et se débattaient entre les bras des assaillants qui les voulaient pétrir. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, Jean Gay, 1876, chapitre VIII)

SynonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

→ voir cul par-dessus tête

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

De jambe et rebindaine (« renversé »), peut-être un terme d’origine poitevine.

Adverbe Modifier

à jambes rebindaines

  1. Jambes par-dessus tête, jambes en l’air, les quatre fers en l’air.
    • Pantagruel le frappa du pied un si grand coup contre le ventre qu’il le getta en arriere à jambes rebindaines, et vous le trainnoyt ainsi à l’escorche cul plus d'un traict d'arc. — (François Rabelais, Pantagruel, 1532, chapitre 29)
    • Meschant à ceste heure te hascheray ie comme chair à patez. Iamais tu ne altereras les pouvres gens, luy frappa du pied ung grand coup contre le ventre, qu'il le getta en arriere à iambes redindaines, & vous le trainoit ainsi à l'escorche cul plus d'ung trait d'arc. — (François Rabelais, Pantagruel, Marty-Laveaux, 1868, p. 361)

RéférencesModifier

  • Laz̆ar Şăneanu, La Langue de Rabelais, E. de Boccard, 1923
  • François Lacombe, Dictionnaire du vieux langage françois, Panckouche, 1766