FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de à et de moitié.

Locution adverbiale Modifier

à moitié \a.mwa.tje\

  1. En partie, à demi.
    • Il dégota, péniblement, une place de sous-reporter, dans un canard impécunieux du matin. […]. Mais le canard sombra, sans payer ses rédacteurs qu’il ne payait qu’à moitié depuis des mois. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 29)
    • Cela est à moitié pourri.
    • Le tonneau est à moitié vide.
    • La bouteille n’est qu’à moitié pleine.
    • Il est à moitié ivre.
    • Ce qu’on vous a dit n’est qu’à moitié vrai.
  2. Dont le produit doit être partagé par moitié entre le propriétaire et le fermier, ou entre les deux associés, en parlant d’affaires agricoles, industrielles ou commerciales.
    • Donner, prendre des terres à moitié.
    • Il laboure cette terre à moitié.
    • Il fait ces vignes à moitié.
    • Prendre un marché avec quelqu’un à moitié de perte et de gain, à moitié perte et gain.

DérivésModifier

TraductionsModifier


RéférencesModifier