Étymologie

modifier
(Verbe 1) (1250) Fait esbroer ; (1390) esbrouer. Probablement emprunté au moyen néerlandais broeyen (« ébouillanter »), d’où « plonger dans l’eau (des tissus que l’on veut nettoyer) » → voir brouet en français, brew en anglais.
(Verbe 2) (1564) Fait esbrouer « éternuer pour dégager les naseaux ». Probablement le même que le précédent avec une dérivation sémantique vers le sens de « écumer » (tout lavage implique un rinçage de l’écume savonneuse) qui s’est ensuite appliqué à l’être humain et aux animaux avec le sens d’« ôter l’écume qui vient à la bouche » ; au sens littéral de « se rincer » en parlant des animaux qui se secouent pour se sécher, de là le sens de « secouer, agiter » qui prédomine désormais.
(Verbe 3) De brou avec le préfixe privatif é-.

Verbe 1

modifier

ébrouer \e.bʁu.e\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Artisanat) (Vieilli) Laver, passer dans l’eau un tissu au sortir du métier dans le but ensuite de le teindre.
    • Ébrouer une pièce d’étoffe, de toile.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Verbe 2

modifier

ébrouer \e.bʁu.e\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’ébrouer)

  1. Pousser un ronflement ou un éternuement, en parlant de certains animaux domestiques chassant l’air de leurs naseaux.
    • Sous le hangar, les chevaux, harcelés par les mouches et piqués par les taons, s’ébrouaient. — (Octave Mirbeau, « La Bonne », dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • La porte d’une écurie voisine s’ouvrait ; un cheval allait à la fontaine d’un pas tranquille, qui résonnait dans les granges ; nous l’entendions flairer l’eau, boire à larges traits et s’ébrouer. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 24)
  2. Se secouer, s’agiter pour chasser l’eau, rincer, égoutter.
    • Les chiens s’ébrouent pour évacuer l'eau de leur pelage.
    • Comme d’une immense forêt qui s’égoutte et s’ébroue. — (Antonin Artaud, Le Théâtre et son double, 1939, page 69)
  3. (Par extension) Se secouer, s’agiter, s’ébattre (sans idée de rinçage, d’égouttage).
    • Tout de suite elle se mit sur ses jambes et se secoua fortement comme un cheval qui s’ébroue : en marchant, elle se réchaufferait. — (Hector Malot, En famille, 1893)
    • Tant qu’a duré ce défilé j’ai eu toutes les peines du monde à faire tenir mon cheval tranquille. Grisé par tout ce bruit et ce mouvement autour de nous, il hennit, piaffe, s’ébroue et danse d’impatience de se mêler à ses congénères. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 118)
    • Sortirent du taxi deux longues jambes nues, troussées jusqu’à mi-cuisse, un roulant éclat de rire, puis une grande fille s’ébroua, qui portait un chapeau de toile goudronnée comme ceux des matelots de l’ancienne marine à voile. — (Blaise Cendrars, Le Lotissement du ciel, Denoël, Paris, 1949, page 36)
    • Les voilà [les radicaux] qui s’ébrouent, parlent en maîtres, tracent de leur propre autorité une ligne de partage parmi les élus de la Nation. — (François Mauriac, Journal, 1950, page 164)
    • « Je pourrais parfaitement considérer ce radiateur comme un sujet pictural valable. » Houellebecq se retourna vivement en jetant au radiateur un regard suspicieux, comme si celui-ci allait s’ébrouer de joie à l’idée d’être peint ; rien de tel ne se produisit. — (Michel Houellebecq, La carte et le territoire, 2010, J’ai lu, page 137)
  4. (Par extension) Se débarrasser de quelque chose.
    • 19 mai 1940 – Retrouvé aussi, état neuf, ma peur de grand-mère. C’est drôle que je ne me sois pas encore ébrouée de cette peur-là. Mais elle me tient depuis le plus loin de mon enfance car grand-mère a toujours aimé faire peur. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 19)

Traductions

modifier

Verbe 3

modifier

ébrouer \e.bʁu.e\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Extraire le brou des noix.

Dérivés

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier
 

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

ébrouer \Prononciation ?\

  1. Donner un premier lavage à des linges qui sont sales.

Références

modifier
  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, volume I, 1880.