écœurant

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir écœurer au participe présent.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin écœurant
\e.kœ.ʁɑ̃\

écœurants
\e.kœ.ʁɑ̃\
Féminin écœurante
\e.kœ.ʁɑ̃t\
écœurantes
\e.kœ.ʁɑ̃t\

écœurant \e.kœ.ʁɑ̃\

  1. Qui écœure, au sens propre et au sens figuré.
    • L’atmosphère, échauffée par un foyer sur lequel brûlaient des os de morses, infectée par l’huile fétide d’une lampe, imprégnée des émanations de vêtements gras et de la chair d’amphibie qui forme la nourriture principale des Esquimaux, cette atmosphère était écœurante. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Cependant, le caractère vraiment ornemental et architectural des armoiries, qui ne tolérait pas une représentation des objets sous leur forme parfaitement naturelle, se conserva […] jusqu’au milieu du 16e [siècle]. Depuis, les bonnes traditions allèrent s’affaiblissant, jusqu’au 19e qui a été témoin de la décadence complète de cet art vénérable, dont il semble qu’on eût oublié même les principes les plus élémentaires. Les armoiries qui offrirent le spectacle écœurant de lions pleins de mansuétude dont l’attitude chancelante fit supposer qu’ils étaient pris de vin, de sauvages minés par la phtisie ou bien se pavanant en petits-maîtres sauf le costume, d’aigles à l’air de serins de canarie, de casques en forme de melon ou de bonnet de nuit, inondèrent le monde. — (Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, tome 1 (A–K), G. B. van Goor Zonen, Gouda, 1884)
    • Combien n’ai-je pas escaladé de ces escaliers délabrés, obscurs, empuantis de senteurs écœurantes et sur lesquels s’ouvraient de hideuses sentines, parfois même démunies d’une seule fenêtre ! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Aucun des poissons ne portait de marque de blessure. Il montait de l'océan une odeur de putréfaction écœurante. Les deux hommes restèrent un long moment assis dans la barque au milieu du banc de poissons morts, silencieux, accablés. — (Pascal Martin, Le Seigneur des atolls, Place des éditeurs, 2011, p. 28)
    • Ça sentait les pommes sures et le Clorox. Je trouvais ça écœurant, parce que l'odeur des pommes sures est jaune à mes yeux, et que celle du Clorox a la couleur du vomi. — (Jennifer Zeynab Joukhadar, La carte du souvenir et de l'espoir, traduit de l'anglais (États-Unis) par Séverine Gupta, Paris : Éditions les Escales, 2018)
  2. (Québec) (Familier) Qui est bon, admirable.
    • On retrouve aussi Dionysos d’Acapulco, originaire de Lévis, […] le seul à lâcher un « C’est écœurant » admiratif, typiquement québécois, de temps en temps. — (Le Devoir, 27 novembre 2004)
    • Il était écœurant, ce concert !
  3. (Québec) (Familier) Qui est délicieux.
    • Je suis allé manger à ce resto hier soir, c’était écœurant !

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
écœurant écœurants
\e.kœ.ʁɑ̃\

écœurant \e.kœ.ʁɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : écœurante)

  1. (Québec) (Familier) Enfoiré, salaud.
    • Je suis un écœurant. — (Gilles Chauvin, La recherche de l’équilibre, 2014)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe écœurer
Participe Présent écœurant
Passé

écœurant \e.kœ.ʁɑ̃\

  1. Participe présent du verbe écœurer.

RéférencesModifier