Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1530) Altération d’équartiller, dérivé de quart (« mettre en quatre) », écarteler.

Verbe Modifier

écarquiller \e.kaʁ.ki.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’écarquiller)

  1. (Familier) Ouvrir tout grands les yeux, en signe d’attention ou d’étonnement.
    • Il s’excusa gracieusement de quitter le salon et sortit ayant envie de dormir autant que de s’aller noyer : le démon de la curiosité lui écarquillait les yeux, et de sa main délicate ôtait le coton que le Chevalier avait dans les oreilles. — (Honoré de Balzac, Le Cabinet des antiques, 1836-1838)
    • Aussitôt Cama écarquilla ses gros yeux, fendit sa bouche jusqu’aux oreilles, se mit à rire stupidement, et, séduit par notre communauté d’opinion sur le neveu de Charlemagne, se mit entièrement à ma disposition. — (Alexandre Dumas, Le Speronare, 1842)
    • Telle fut exactement la première stupeur des fonctionnaires et autres habitants de N…. Ils demeurèrent bouche bée, écarquillant des yeux de mouton. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • (Pronominal) Ses prunelles s'écarquillaient. Elle se leva, craignant une hallucination [...] — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IX, Gallimard, 1937)
  2. (Rare) Écarteler.
    • La misérable fille était écarquillée des quatre membres dans la position la plus critique, au milieu de cinq ou six reîtres qui la souillaient, je ne sais comment, mais tous à la fois, et le reste de la bande chantait une chanson de l’enfer en dansant la ronde autour de la victime. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier