Étymologie

modifier
Dérivé de échafaud et de la désinence verbale -er.

échafauder intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Dresser des échafaudages, en parlant de la construction ou de la décoration des bâtiments.
    • Ces journées ont été employées à échafauder pour défaire la voûte du dôme. Il a fallu y appliquer trois échafaudages l’un sur l’autre. — (Jules Baux, Notice descriptive et historique sur l’église collégiale et paroissiale de Notre-Dame de Bourg, Martin-Bottier, Bourg-en-Bresse, 1849, page178)
    • Afin de prolonger mes journées, je couchais sous quelques planches qu’on m’avait prêtées pour m’échafauder contre le rocher, ou bien dans l’écurie, dans la crèche des bœufs. — (Alphonse de Lamartine, Le tailleur de pierres de Saint-Point, Lecou- Furne - Pagnerre, Paris, 1851, page 124)
  2. (Sens figuré) Bâtir avec précipitation et sans ordre un projet, une théorie, une argumentation qui n’offre pas de caractère solide et durable.
    • Plus d’un jeune instituteur stagiaire a retrouvé dans le siècle celle pour qui s’échafaudaient ses odes et ses sonnets. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Faisant mine de m’intéresser aux livres, j’échafaudai des hypothèses sur l’origine de cette popularité inattendue, j’essayai de faire remonter telle ou telle prouesse, ou performance que j’aurais commise. — (Serge Joncour, L’Idole, éditions Flammarion)
    • Mais quand on avait la folie du qu’en-dira-t-on, quelle crétinerie n'était-on pas prêt à échafauder pour s'assurer les bonnes grâces de ses voisins ? Et dire qu'il y avait des millions de voisins et qu'il fallait donc répéter ces crétineries des millions de fois. — (Enguerrand Guepy, Un Fauve, Éditions du Rocher, 2016)

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier