Voir aussi : Echalas, Échalas

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

L’ancien français avait eschalaz (1215), escharat (1158), hescaraz, issu d’un étymon *charas (→ voir charasson « échalas », dans les dialecte du centre), lui-même d’un latin characias devenu *caracium, dérivé du grec χάραξ, kharax (« roseau »). Il a supplanté le plus ancien paisseau [1].

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
échalas
\e.ʃa.la\

échalas \e.ʃa.la\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Bâton d’un mètre ou deux de long, voire plus, que l’on fiche en terre pour soutenir un cep de vigne, une tige de houblon ou un arbuste.
    • L’échalassement, s'il est mal soigné, nuit à tous les ceps, mais sur-tout aux jeunes ; ils sont trop foibles pour se soutenir par eux-mêmes, et si leur échalas est renversé, on les voit ramper sur la terre avec lui. — (Jean Antoine Roulet, Recueil des mémoires sur la culture de la vigne, 1808, page 121)
    • Par les meurtrières du salon, on voit la Marne qui reluit, la berge pleine de soleil, et des Prussiens qui détalent comme de grands lévriers à travers les échalas de vignes. — (Alphonse Daudet, Aux avant-postes, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 82.)
    • Une partie des échalas étaient couchés à terre et trois à quatre cents femmes accroupies semblaient éplucher une immense salade. — (Charles Deulin, Cambrinus)
    • Les vignes s’étendaient au loin, blanches, piquées d’échalas comme des croix incomplètes, des croix pour cimetières de bêtes. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 82)
    • Ça brouillassait dans les vignes, il broussinait. Il avait pas mal lichotté au café, et, un peu derne, il manque de s’empierger dans les échalas et de se rétaler. — (Testez la dictée en parler champenois ! L'Est-Éclair, 5 juin 2009)
    • Il allongeait sa jambe, sèche comme un échalas, qui flottait dans une molletière trop large et sans couleur, pour montrer fièrement sa chaussure. — (François Barberousse, L'Homme sec, Paris : Gallimard, 1935 & Romorantin : Marivole Éditions, 2013, chap. 7)
  2. (Botanique) Synonyme de saule marsault qui sert à faire des tuteurs ou échalas.
  3. (Familier) (Ironique) Homme grand et maigre.
    • Ils sont longs comme des échalas, ronds comme des citrouilles, noueux comme des branches d’olivier, courbés en avant ou rejetés en arrière par l’ampleur du ventre. — (Guy de Maupassant , La femme de Paul, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 226)
    • Le même problème se posa pour l’allure. On devait répondre distinguée, simple, sportive…
      Je ne m’étais jamais trouvé « distingué ». Pour moi la distinction s’accompagnait la plupart du temps d’un aspect d’échalas.
      « Mettez « simple » !, dit je pour couper court.
      — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 67)
    • Un échalas, maigre, jaunâtre, avec des yeux de serpent. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
    • Mai 1977. Assis sur la plage de l’hôtel Mauna Kea à Hawaï, deux hommes construisent un château de sable. L'un est un grand échalas de trente ans, avec une barbe et des cheveux négligés, […]. — (John Baxter, Citizen Spielberg, traduit de l'anglais par Mimi et Isabelle Perrin, Nouveau Monde éditions, 2011)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • échalas sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier