échauffer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin excalfacere.

Verbe Modifier

échauffer \e.ʃo.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’échauffer)

  1. (Vieilli) Rendre chaud, réchauffer.
    • Il faut faire bon feu dans cette chambre pour l’échauffer.
    • Les oiseaux échauffent leurs petits sous leurs ailes.
  2. (Figuré) Animer beaucoup, jusqu’à la passion ou l’emportement.
    • A Éphèse, les premières grosses chaleurs estivales échauffent les esprits. Dans les églises, dans les rues, sur les places publiques, évêques, prêtres et moines, nestoriens et cyrilliens se prennent à partie et s'invectivent en termes crus. La situation devient intenable. — (Frédéric Lenoir, Comment Jésus est devenu Dieu, Éditions Fayard, 2010, chapitre 6)
    • Cette lecture lui a échauffé l’imagination.
    • Vous ne sauriez lui parler de cela qu’aussitôt il ne s’échauffe.
  3. (Pronominal) Devenir chaud.
    • Et pourtant, ces pauvres soldats, à peine couverts de lambeaux d’uniforme, le ventre creux, n’ayant à boire que l’eau échauffée de leur gourde, secoués comme des rats dans une souricière, ne firent que rire à gorge déployée et chanter tout le long de la route. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Le blé pulvérisé entre les meules, ou la boulange, s’échauffe sous l’action des meules, et il est essentiel de le refroidir le plus rapidement possible. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 111)
    • La chambre s’échauffe, commence à s’échauffer.
  4. (Pronominal) Causer un excès de chaleur animale.
    • Cette course m’a beaucoup échauffé.
    • Il s’est échauffé à marcher.
  5. (Pronominal) (En particulier) (Médecine) (Vieilli) Causer une irritation qui a quelquefois pour résultat la constipation.
    • Ce régime alimentaire ne pourra que vous échauffer.
  6. (Pronominal) (Figuré) Être pris par une passion croissante.
    • On dira peut-être que c'est l'amusement du jeu qu'il cherche, et non pas le gain. Mais qu'on le fasse jouer pour rien, il ne s'y échauffera pas, et s'y ennuiera. Ce n'est donc pas l'amusement seul qu'il cherche : un amusement languissant et sans passion l'ennuiera. Il faut qu'il s'y échauffe, et qu'il se pique lui-même, en s'imaginant qu'il serait heureux de gagner ce qu'il ne voudrait pas qu'on lui donnât à condition de ne point jouer, et qu'il se forme un objet de passion qui excite son désir, sa colère, sa crainte, son espérance. — (Blaise Pascal, Pensées)
  7. (Pronominal) (Figuré) S’animer de plus en plus, devenir très animé.
    • La querelle, la dispute, la conversation, la lutte, l’action s’échauffe.
  8. (Pronominal) (Figuré) Se mettre en colère, s’impatienter. → voir échauffer la bile
    • Et voilà notre poissarde qui s’échauffe, emplit l’air de ses clameurs. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  9. (Pronominal) S’altérer par un commencement de fermentation.
    • Ce grain, cette farine risque de s’échauffer dans ce grenier.
  10. (Pronominal) (Sport) Pratiquer des exercices physiques plus ou moins intenses avant la pratique d’un sport afin d’éviter des blessures musculaires et articulaires.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier