Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Déverbal de éclairer, apparait avec le sens de « clarté », (fin XIIIe siècle) « vive lumière pendant l’orage ».
(patisserie) (1863) Gâteau nommé ainsi car il se mange rapidement.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
éclair éclairs
\e.klɛʁ\
 
Des éclairs. (1)
 
Des éclairs au chocolat. (5)

éclair \e.klɛʁ\ masculin

  1. (Météorologie) Lumière vive et soudaine causée par la foudre, qui brille entre les nuages et qui précède le bruit du tonnerre lors d'un orage.
    • Et les éclairs, de même, se produisent selon plusieurs modes ; en effet, c’est par le frottement et le choc des nuages que la configuration du feu propre à produire cet effet, lorsqu’elle s’en échappe, produit l’éclair. — (Épicure, Lettre à Pythoclès, traduction anonyme.)
    • De temps en temps seulement un éclair livide illuminait les appartements sombres d’un reflet bleuâtre qui disparaissait aussitôt. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. II)
    • Le ciel s’illumina d’éclairs et les éclats de la foudre retentirent. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 382 partie, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • La lumière rasante faisait paraître d’un noir intense les nuées qui furent déchirées bientôt par cent autres lumières, lorsque les éclairs les parcoururent. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  2. (Par extension) Tout éclat de lumière étincelante et mobile qui paraît à la surface des objets.
    • Les éclairs de l’épée sont des éclats de lumière qui se réverbèrent sur la lame de ces armes blanches.
  3. (Figuré) Éclat fugace.
    • Tout à l’heure, […], j’ai vu un corsage de velours noir se pencher à demi au-dessus d’une fenêtre et de grands yeux noirs jeter un éclair. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, volume 2, 1866)
    • Et il descendit de sa chaire, plus rouge et plus excité que jamais, les yeux lançant des éclairs et brandissant vers la nef un poing terrible et vengeur. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Figuré) Manifestation brusque et rapide.
    • Et ce fut sans plus tarder, parmi la paille, préparée d’avance bien sûr, la culbute amoureuse, l’éclair des cuisses sans pantalon, l’étreinte farouche et brutale. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai essayé un nombre incalculable de fois. À un moment, j’en eus assez et m’apprêtai à renoncer… lorsqu’un éclair surgit. — (Seymour Papert, trad. Étienne Cazin, L’enfant et la machine à connaître : Repenser l’école à l’ère de l’ordinateur, Dunod, Paris, 1994, page 41)
    • Sa prospérité ne fut qu’un éclair.
  5. Pâtisserie en longueur, fait d'une pâte à choux, glacée sur le dessus, et fourrée de crème pâtissière à l'intérieur.
    • Ces sortes de gâteaux qu’on m'a dit se nommer éclairs et babas. — (France, Orme, 1897, page 30)
    • Aimez-vous les éclairs au café ou au chocolat ?
  6. (Zoologie) Synonyme de anomie pelure (espèce d’animaux).

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

HyponymesModifier

HyperonymesModifier

MéronymesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Adjectif Modifier

éclair \e.klɛʁ\ invariable

  1. (En apposition) Très rapide.
    • Voilà un passage éclair.
    • Leurs péans vont chez presque tous à l'idée-éclair, à l'« intuition ». — (Benda, Fr. byz., 1945, page 245)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
éclair
\eɪ.ˈklɛɚ\
éclairs
\eɪ.ˈklɛɚz\

éclair \eɪ.ˈklɛɚ\

  1. (Pâtisserie) Éclair.

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier