éclusier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir écluse

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin éclusier
\e.kly.zje\
éclusiers
\e.kly.zje\
Féminin éclusière
\e.kly.zjɛʁ\
éclusières
\e.kly.zjɛʁ\

éclusier

  1. Relatif à une écluse.
    • La dépense d’une maison éclusière ne doit pas excéder 2,500 à 3,000 francs : sur le canal du Centre, elle ne s’élève qu’à 2,000 fr.
      On a l’habitude d’égaler le nombre des maisons éclusières à celui des écluses; cependant ces dernières sont souvent assez voisines pour qu’un seul éclusier puisse suffire à la manœuvre de plusieurs écluses.
      — (Rapport au roi sur la situation des canaux au 31 mars 1823, par Jacques-Joseph Corbière, Paris : Imprimerie royale, avril 1823, pag 18)
    • Et dans la solitude de sa maison éclusière perdue en pleine nature, il compose, s’interprète, s’enregistre et se diffuse à l’intention des bêtes de brousse et des hôtes de passage. — (Jean Rolin, Chemins d’eau, Editions de la Table Ronde, 2013, chapitre 37)

DérivésModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
éclusier éclusiers
\e.kly.zjɛʁ\

éclusier masculin (pour une femme, on dit : éclusière)

  1. Celui qui est chargé de manœuvrer une écluse.
    • Comme un éclusier mesure le niveau de l’eau dans son bief, elle comparait les niveaux d’études. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 183)
    • Pour une trentaine de sous, on achetait un lapin aux éclusiers et on le fricassait en chemin, sur un coupon garni de gazon et de pierres. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • À la radio crachotante, on entend la voix de l’éclusier du port: « Monsieur, vous pouvez avancer doucement ». — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, pages 30-31)

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier