égratigner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français esgratigner.

Verbe Modifier

égratigner \e.ɡʁa.ti.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Écorcher légèrement la peau avec une griffe, les ongles, etc.
    • Le chat l’a égratigné.
    • Ces deux enfants ne sauraient jouer ensemble sans s’égratigner.
  2. (Figuré) Jouer médiocrement d'un instrument à cordes pincées.
    • Ses yeux s'arrêtèrent alors sur ses deux musiciens placés sur une espèce d'estrade, l'un égratignant son luth, l'autre raclant sa viole avec la même animosité que le roi mettait à piquer son veau. — (Alexandre Dumas, Le comte de Moret (Le sphinx rouge), 1865, III, 2)
  3. (Figuré) Blesser légèrement par des propos piquants.
    • Il prend plaisir à égratigner les gens.
  4. (Figuré) (Familier) Chercher de manière ou d’autre à satisfaire sa méchanceté ou sa malice.
    • S’il ne peut mordre, il égratigne.
  5. (Par analogie) Labourer peu profondément.
    • Un simple hersage ne fait qu’égratigner la terre.
  6. Donner une certaine façon à une étoffe de soie avec un fer dentelé.
    • Égratigner du satin.
  7. (Peinture) Peindre à fresque en lignes tracées avec une pointe de fer sur un enduit blanc superposé à un fond noir.
  8. (Gravure) Tailler une planche avec des traits qui ne portent pas.
    • Cette planche, cette gravure n’est qu’égratignée.
  9. Dans le domaine de la passementerie, découper en parlant de peau (cuir).

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier