FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français esgrener, dérivé de grain, avec le préfixe é- et le suffixe -er[1].

Verbe Modifier

égrener \e.ɡʁə.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’égrener)

  1. Dégarnir de ses grains une plante à épi, un fruit à grappe ou à gousse.
    • Des rats pillards qui rôdaient le long des poutrelles égrenaient avec précaution les quelques raisins flétris qui restaient aux vignes. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 236)
    • Ils cherchèrent et firent quelques trouvailles heureuses : de larges tales d’arbustes chargés de baies grasses, qu’ils égrenèrent industrieusement dans leurs seaux. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Le travail de récolte, en effet, ne se faisait point partout aussi rondement qu’au Paridier : de beaux blés restaient sur pied, rouillaient sous les averses et menaçaient de s’égrener. — (Ernest Pérochon, Les Gardiennes, 1924, réédition Les Moissons, 2021, page 137)
    • Les raisins vendangés vont d'abord subir l’égrappage (ou éraflage) qui consiste à égrener les grappes, de façon aujourd'hui mécanique, afin d'éliminer la rafle qui contient des tannins astringents et râpeux souvent indésirables. — (Martine Camilleri, Vin sur 20, Ellébore, 2005, page 158)
  2. (Sens figuré) Désagréger un matériau granuleux.
    • En passant par-dessus le mur, nous en avons fait ébouler des pierres et le ciment s’est égrené sous nos mains. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, réédition Le Livre de poche, 2012, page 174)
  3. (Sens figuré) Dire des prières, grain à grain, en parlant du chapelet.
    • À son bras était accrochée madame la mairesse, grassouillette, femme très dévote, égrenant tantôt des chapelets, tantôt des commérages. — (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, chapitre XX)
    • Toujours, lorsqu’il voyait Mme Bavoil, elle priait ; devant ses fourneaux, lorsqu’elle ravaudait, lorsqu’elle époussetait le ménage, lorsqu’elle ouvrait la porte, partout, elle égrenait son rosaire, sans trêve. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La chanson finie, Maria avait machinalement repris ses prières avec une ferveur renouvelée, et de nouveau les Ave s’égrenèrent. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Puis je n'entendis plus que le bruit du moteur et, bientôt, le rétroviseur m'offrit un spectacle édifiant : Mme Rezeau, après s'être glissé une pastille de menthe sous une joue, venait de tirer son chapelet et l'égrenant d'un pouce ferme, remuant silencieusement les lèvres, rendant le bien pour le mal, priait pour la défunte. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, page 34)
  4. (Par extension) (Familier) Compter une période par unité de temps.
    • Il vivait là, en face des tours, n’entendant que le cri des corneilles et la sonnerie des heures qui s’égrenaient, une à une, dans le silence et l’abandon de la place. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Les heures de l’après-midi s’égrenèrent une à une sans que nous puissions vraiment bien nous apercevoir de leur nombre. — (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
  5. (Sens figuré) Dire ou énoncer un à un.
    • Benjamin prit place dans la bulle, à côté du pilote, ajusta son casque de vol et régla le laryngophone, pendant que le second maître, un happeur gainé de plastique transparent à la main, finissait d’égrener sa check-list avant le départ. — (Jean-Hubert Levame, Putsch: Algérie, 22 avril 1961 : récit, Éditions Heimdal, 1997, page 97)
    • Agressif ou flatteur, impromptu ou acharné, le dragueur égrène tout au long de son infructueuse quête sa concupiscente litanie. — (Djamila Saadi-Mokrane, « Petit lexique du dragueur algérois », dans La virilité en islam, sous la direction de Nadia Tazi et Fethi Benslama, Éditions de l'Aube & Intersignes, 1998, réédition de poche : Éditions de l'Aube, 2004, page 261)
    • Il suffit d’égrener les violentes polémiques qui se sont succédé depuis l’automne pour s’en convaincre — (Alain Duhamel, « 2010 : La berlusconisation du débat ? » dans Libération)
  6. (Pronominal) (Sens figuré) Se séparer de sa troupe.
    • Ce régiment s’égrène dans sa marche.
    • Mademoiselle, haussant les épaules, nous rentre à l’hôtel, traînardes, égrenées, si musardes qu’elle doit toujours en attendre quelqu’une au détour des rues. — (Willy et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, 1900, réédition Le Livre de Poche, page 188)
  7. (Cuisine) Séparer les grains de semoule ou de riz avec une fourchette pour la préparation d’un taboulé, d’un couscous ou autre.

VariantesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   égrener figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : grappe, graine.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier