Étymologie

modifier
Avec le suffixe -ard, de l’ancien français escriller (« glisser, trébucher ») et altération du \k\ en \ɡ\ → voir griller (« glisser »).

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin égrillard
\e.ɡʁi.jaʁ\

égrillards
\e.ɡʁi.jaʁ\
Féminin égrillarde
\e.ɡʁi.jaʁd\
égrillardes
\e.ɡʁi.jaʁd\

égrillard \e.ɡʁi.jaʁ\

  1. Gaillard ; grivois ; cru ; libertin.
    • Il devient galant, égrillard ; son œil s’émerillonne… Il est heureux pour ma vertu que la haie me sépare de lui ; sans quoi, je suis sûre qu’il se jetterait sur moi. — (Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre, 1900, page 325)
    • – Eh ! dit-il sur un petit ton égrillard, que dites-vous des grandes dames irlandaises ? — (Pierre Benoit, La Chaussée des géants, 1922, Albin Michel, réédition Le Livre de Poche, page 252)
    • Peu à peu notre entretien cessa d’être militaire pour devenir égrillard et puis franchement cochon, enfin, si décousu, qu’on ne savait plus par où le prendre pour le continuer ; l’un après l’autre mes convives y renoncèrent et s’endormirent et le ronflement les accabla, dégoûtant sommeil qui leur raclait les profondeurs du nez. — (Louis-Ferdinand Céline (Louis-Ferdinand Destouches), Voyage au bout de la nuit, 1932, Gallimard (Folio #28 réédition 2019) page 156)
    • Mais c’est meugnon tout plein, ça, minaudai-je, avec des grâces ridicules de commis-voyageur égrillard. — (Léo Malet, L’Ours et la Culotte, 1955, chapitre V)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier