éparpiller

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) cume cendre esparpeilled — (Psautier Oxford) ; origine discutée ; antonyme de rapailler ou épailler fait sur un verbe latin *disparpaliare ou *disparpaleare composé de dispar, palea et -are mais dispello (« disperser ») s'offre aussi comme étymon avec une évolution vers *dispallare puis *disparpallare par altération expressive de dis- en dispar et, pour la forme finale, celle de épars.

Verbe Modifier

 
Des livres éparpillés. (1)

éparpiller \e.paʁ.pi.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Disperser, disséminer çà et là, en parlant des choses légères, minces.
    • Puis la flamme se modéra, elle s’éparpilla autour du gâteau national en petites langues bleuâtres et s’évanouit. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Seulement cette fois, au lieu de s’éparpiller dans la campagne, elles étaient massées autour d’un centre commun. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Henri se leva, fouilla dans un tiroir, exhuma tout un lot de paperasses qu’il éparpilla sur la table. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 118)
    • La poussière du Vieux-Port, chargée de salures, éparpille un relent lointain de choses épicées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Mais pour Maxime Laplante, président sortant de l’Union paysanne, la crise était écrite dans le ciel. « Si on avait une structure d’abattage éparpillée en région, il y aurait plusieurs sites, mais là on est coincés », a-t-il analysé. — (Francis Halin, « Ça joue cochon dans l’industrie du porc », Le journal de Montréal, 15 novembre 2020)
  2. (Figuré) Se disperser sur trop d’objets différents ; affaiblir en dispersant, en parlant des actions, des forces, des pensées, de son esprit, etc.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier