épater la galerie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de épater, la et galerie.

Locution verbale Modifier

épater la galerie \e.pa.te la ɡal.ʁi\ (se conjugue → voir la conjugaison de épater)

  1. (Familier) Étonner son entourage pour attirer l’attention sur soi.
    • Francis Antoine se retrouvait tout entier, tel qu’au temps où faisant l’honorable métier de souteneur, en rouflaquette, la cravate cerise sous son col rabattu, il épatait la galerie dans les bastringues-rôtisseries de Ménilmonlant ou de la Butte-Martyrs. — (Édouard Cadol, Les Erreurs de la guillotine, 1886, page 640)
    • Peut-être ce chef eût-il été plus utile en s’occupant de diriger son armée, ce qui était sa fonction, qu’en s’amusant à épater la galerie et à faire le zouave. — (Maurice Dreyfous, Ce qu’il me reste à dire : un demi-siècle de choses vues et entendues, P. Ollendorff, 1913, page 128)
    • Et puis, reprenait-il, ils veulent épater la galerie ; ce sont des poseurs, dans le genre de Baudelaire quand il demande à son voisin de café s’il a jamais mangé un enfant de trois mois, cuit et préparé comme un cochon de lait : car, souligne-t-il, c'est un mets de tout premier ordre. — (Victor Du Bled, La Société française depuis cent ans. Quelques salons du Second Empire, Bloud et Gay, 1923, page 38)
    • Modifier ses pratiques pour aller vers plus de transparence, plus d’éthique ou plus de respect de l’environnement n’a pas uniquement pour objectif d’épater la galerie et de faire mieux que la concurrence. — (Béatrice Madeline, Pour faire avancer leur cause, les ONG font de plus en plus pression sur les grosses entreprises, Le Monde. Mis en ligne le 6 mai 2019)

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier