Étymologie

modifier
Composé de peur.

épeurer \e.pœ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) ou (Québec) Faire peur à (quelqu’un).
    • — Je ne vous parle pas, mon petit Monsieur, répondit le paysan, et de plus gros que vous ne m’ont pas épeuré. — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • Je ne me souviens point de l’avoir jamais vu bien réjoui, ni bien épeuré, ni bien content, ni bien fâché d’aucune chose qui nous arrivait. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, page 6)
    • Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,
      — Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! —
      Rieuse, m’apporta des tartines de beurre,
      Du jambon tiède, dans un plat colorié, […]
      — (Arthur Rimbaud, Au Cabaret vert)
    • Un cygne nage, épeuré, dans un tourbillon de plumes sanglantes. — (Alphonse Daudet, La partie de billard, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 19)

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes