Voir aussi : éplore

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De éplorer.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin éploré
\e.plɔ.ʁe\

éplorés
\e.plɔ.ʁe\
Féminin éplorée
\e.plɔ.ʁe\
éplorées
\e.plɔ.ʁe\

éploré \e.plɔ.ʁe\ masculin

  1. Qui est tout en pleurs.
    • Il vit, non loin du grand chemin, une femme éplorée qui appelait le Ciel et la Terre à son secours, et un homme furieux qui la suivait […] Cet homme l’accablait de coups et de reproches. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, 1748)
    • Les deux chevaliers s’inclinèrent profondément devant la mère éplorée, et se retirèrent avec leur guide. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le spectacle d’une femme éplorée me soulève le cœur. Elles sanglotent comme si elles satisfaisaient un besoin physique. C’est vulgaire, abondant et monotone. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 14)

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
éploré éplorés
\e.plɔ.ʁe\

éploré \e.plɔ.ʁe\ masculin (pour une femme on dit : éplorée)

  1. Personne en pleurs.
    • Quand on dit à un éploré d’allumer le feu, si sa salive ne l’éteint pas, ses larmes l’éteindront. — (Charles Bailleul, Sagesse bambara: proverbes et sentences, 2005)
    • Ça hoquetait tous azimuts avec cocktail de chouinade et reniflettes entrecoupé de tentatives désespérées pour s'exprimer. Comme de juste l'infirmière en chef Jasounette réconfortait l’éplorée. — (Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicolson, t.4 : A plus Choupi-Trognon, Gallimard Jeunesse, 2012)

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe éplorer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
éploré

éploré \e.plɔ.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de éplorer.

RéférencesModifier

AnagrammesModifier