FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin spondere qui devient, en bas latin, sponsare « promettre en mariage, fiancer », par formation d’une forme itérative du premier groupe formée sur le radical du supin sponsum.

Verbe Modifier

épouser \e.pu.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Prendre en mariage.
    • Je me repentis fort, ainsi que vous devez penser, d’avoir épousé cette pastoure… — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • […] le gros Léon, qui avait épousé une femme riche, ne faisait rien, ses trois mille francs de rente lui permettant l’oisiveté. — (Louis Pergaud, « Un renseignement précis », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Tout son être se révoltait à la pensée d’épouser un de ces fellahs qu’elle voyait peiner et suer dans les champs, et plus encore ces petits boutiquiers contents d’eux, ces intendants soupçonneux et méprisants qui venaient parfois rendre visite à son grand-père et la soupesaient des yeux, comme si elle eût été un animal à vendre. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira », dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Peu après, Doa et Vaï, des filles de la Louve, s’épousèrent même et ne voulurent plus de ce jour revoir les hommes. — (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
    • Si Dimitri ne voulait pas épouser Phoebe, il aurait au moins dû avoir le courage de l’avouer et de rompre formellement sa promesse. Au lieu de cela, il avait opté pour le silence et l'hypocrisie, […]. — (Lucy Monroe , Pour l'honneur des Pétronides, traduit de l'anglais, dans le volume Séducteurs, éd. Harlequin, coll. Coup de Cœur, 2012)
    • Alice, dis-moi que tu ne vas pas épouser ce rabat-joie. Tu ne t’amuseras jamais avec un homme comme lui. Il ne te fera jamais rire. — (Amanda Bayle, Tout ce qui brille, éd. CyPLoG, 2017, chapitre 19)
  2. S’adapter exactement à une forme donnée.
    • Il excelle à cintrer ses boudets pour qu’ils épousent bien la fesse du tendeur et ne viennent point lui baller sans cesse entre les cuisses. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Ce vêtement épouse les formes du corps. — Ce chemin épouse les accidents du terrain.
  3. S’adapter exactement à une idée, à un projet.
  4. (Figuré) Choisir de propos délibéré une chose et s’y attacher.
    • Appartenir à une école, c’est en épouser nécessairement les préjugés et les partis pris. — (Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Alcan, 1895, préface)
    • Épouser les intérêts, les passions, la querelle de quelqu’un.
  5. (Figuré) Suivre, imiter.
    • De plus, de nombreuses études ont montré que la chute de la pratique, du recrutement ecclésiastique et même des croyances religieuses a commencé bien avant 1960. Encore là, le Québec épousait la marche de l'Occident. — (Gérard Bouchard, Les nations savent-elles encore rêver?, Boréal, 2019, p. 283)

Synonymes Modifier

figuré

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France : écouter « épouser [e.pu.ze] »

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier