FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin eructare.

Verbe Modifier

éructer \e.ʁyk.te\ intransitif et transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Médecine) Rendre bruyamment par la bouche les gaz contenus dans l’estomac.
    • Il buvait beaucoup, selon l’usage des pays de l’Est. Cela m’effrayait à cause d’un accident possible en repartant sur l’autoroute mais ne me répugnait pas. Même s’il lui arrivait de tituber, ou d’éructer en m’embrassant. Au contraire, j’étais heureuse d’être unie à lui dans un début d’abjection. — (Annie Ernaux, Passion simple, Gallimard, collection Folio, 1991, page 34)
  2. (Figuré) Sortir d’un conduit, en parlant d’un gaz, de vapeur, de fumée, etc.
    • Les navires marchands, les bateaux à vapeur, dont les cheminées éructent de la vapeur bicolore, s’approchent davantage du bord à cause de leur plus faible tonnage et forment les premiers plans de ce grand tableau naval. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
  3. (Figuré) Communiquer verbalement (menaces, insultes, etc.)
    • Il éructa un monologue pointillé et haché par une série de soubresauts et de hoquets. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
    • Dans ce « oh ! », éructé du fin fond de la gorge, un monde de haine tenait. — (Georges Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, 1893)
    • Amir Attaran, dont on parle beaucoup ces jours-ci, n’est pas vraiment intéressant en lui-même. Il éructe, il insulte, il fait tourner en boucle les quelques étiquettes qu’il croit devoir coller au Québec. — (Mathieu Bock-côté, Pour Singh, vomir sur le Québec n’est pas grave, Le Journal de Québec, 25 mars 2021)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier