Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1230) En ancien français estofer, altération de l’ancien français estoper (« obstruer » → voir étouper) sous l’influence de l’ancien français estofer (« rembourrer » → voir étoffer).

Verbe Modifier

étouffer \e.tu.fe\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’étouffer)

 
« L’armée étouffe la jeunesse. »
  1. (Transitif) Faire mourir en arrêtant la respiration.
    • La diphtérie peut étouffer les enfants.
  2. (Transitif) Suffoquer, empêcher de respirer librement.
    • La chaleur m’étouffe.
    • Il s’étouffait en mangeant.
    • (Figuré)Étouffer quelqu’un de caresses.
  3. (Intransitif) Avoir la respiration empêchée ou mourir faute d’air.
    • Il n’y a point d’air dans cette chambre, on y étouffe.
    • Délacez cette femme, elle étouffe.
    • Mais loin de son Plateau, Arsène André étouffait. L’air résineux lui manquait, les brouillards de la Meuse lui enflammaient la gorge. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958, p. 71)
    • (Transitif) (Figuré) Étouffer de rire, rire jusqu’à perdre la respiration.
  4. Dérober aux plantes l’air ou les nutriments nécessaires à leur végétation.
    • Les mousses ne tuent ni n’étouffent l’herbe des pelouses. Elles se développent là où l'herbe ne pousse pas.— (Sébastien Leblond, Foire aux questions du site Bryophytes de France, années 2010)
  5. (Transitif) Éteindre en interceptant l’air.
    • Étouffer un incendie.
  6. (Transitif) (Figuré) Supprimer, annihiler, empêcher de se développer,cacher, surmonter.
    • Il semble que la tradition politique de la classe ouvrière européenne soit encore vivace dans certains pays, alors qu’elle est étouffée en Amérique, où pourtant aussi elle a existé. — (Herbert Marcuse, Débat sur le problème de la violence dans l’opposition, dans La fin de l’Utopie, traduction de Liliane Roskoff & Luc Weibel, 1968)
    • Seule planait l’ombre de la Kampétaï, prête à abattre sa lourde main supplicieuse pour étouffer dans l’œuf toute velléité d’insoumission. — (Thuyen Nhis, My-Lan, Publibook, 2002, p.138)
    • Rosalie s'en fut à la chapelle pour s'agenouiller en étouffant ses larmes. — (Pierre Gamarra, Rosalie Brousse, chapitre IV ; Éditeurs Français Réunis, Paris, 1953)
  7. (Transitif) (Musique) Amortir le son.
    • Étouffer les sons : Les rendre moins éclatants, les amortir.
    • Il y a, dans les pianos, une pédale qui sert à étouffer les sons.
  8. (Transitif) Empêcher l’apparition publique.
    • [...] il était menteur comme un valet, présomptueux et opiniâtre comme un pédant et assez mauvais poète pour être étouffé s'il y avait de la police dans le royaume. — (Paul Scarron, Le Roman comique, première partie, chapitre VIII, 1651)
    • Voici, pour commencer, ce que j’écrivais, il y a six ans, dans un livre de colère que l’hostilité générale s’efforça d’étouffer par tous les moyens imaginables. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier