évanouir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle)[1] En ancien français esvanir[1] ; du latin evanescere ; l’ajout de la voyelle \u\ est douteuse[2], elle est probablement issu du parfait latin evanuit[1] de evanescere répandu par l'Évangile selon Saint Luc : evanuit ex oculis eorum : « [Jésus] disparut de devant leurs yeux ».

Verbe Modifier

évanouir \e.va.nwiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’évanouir)

  1. Détruire, dissiper, faire disparaître.
    • Voilà donc de quoi dépendent les destins des hommes ! Mais, ajouta-t-il, un bonheur si étrange sera peut-être bientôt évanoui. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, VI. Le ministre, 1748)
    • Le spectacle de la mort de Virginia, immolée par son père à la pudeur et à la liberté, fit évanouir la puissance des décemvirs. — (Montesquieu)
    • Il soupesa ce scrupule et le trouva bien léger en face de cette femme honnête dont il évanouissait la douleur. — (Jean-Christophe Rufin, Rouge Brésil, partie I (« Des enfants pour les cannibales »), chapitre 3, page 43, éditions Gallimard, 2001)
  2. (Pronominal) Tomber en faiblesse, perdre connaissance.
    • Cette femme s’évanouit en apprenant la mort de son mari.
  3. (Pronominal) Disparaître sans laisser de traces, en parlant des choses et, plus rarement, des personnes.
    • Mais le moment était arrivé où la terre et tous ses trésors allaient s’évanouir devant ses yeux, […], alors que ses regards plongeaient sur le sombre abîme de la vie future. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Elle s’était évanouie comme un silphe sans laisser de traces de sa fuite. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858, page 341)
    • Ces légers événements s’évanouissent comme des scènes de comédie sur lesquelles le rideau tombe. — (Henri Barbusse, L’Enfer, chapitre III, Éditions Albin Michel, Paris, 1908 ; éditions G. Crès, Paris, 1925, page 23)
    • De Gaulle que tant de tempêtes avaient assailli sans jamais l’ébranler, s’évanouit et disparut à la première égratignure que lui fit un parlement-croupion. — (François Mitterrand, Le coup d’État permanent, 1965)
  4. Perdre conscience, perdre connaissance, tomber en pâmoison, en syncope.
    • Quand on commence à s’évanouir, il y a une douceur à se sentir le cœur s'en aller. — (Goncourt, R. Mauperin, 1864)
    • Je vis tourner devant moi les verres et les fleurs ; je crus que j'allais m’évanouir. — (Maurois, Climats, 1928)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier