Grec ancienModifier

ÉtymologieModifier

Apparenté au latin inciens (« enceinte »), qui, pour le grec, correspond à ἔγκυος, egkuos (« enceinte »), de l’indo-européen commun[1] *k̂eu-, k̂ū- (« grossir »). Il est apparenté à κοῖλος, koilos (« creux »), κῶος, kôos (« cave, prison »), latin cavus (« creux, cave »), κύλα, kúla (« poches sous les yeux »), κοικύλλω, koikúllô (« faire des yeux ronds, regarder avec étonnement »), κῦρος, kúros (« pouvoir, puissance »), κύριος, kúrios (« maitre, fort »), gaulois Cavares et ἄκῡρος, akuros (« faible, impuissant »), κύαρ, kúar (« creux »), κύαθος, kúathos, κύος, kúos (« fœtus ») ; en grec ancien, le \kw-, k̂u̯ā-\ est devenu \p-, pa-\, on rattachera les mots πᾶς, pás (« tout »), πάομαι, paomai (« avoir »), πᾶμα, páma (« propriété »)

Verbe Modifier

κύω, kúô \Prononciation ?\ intransitif

  1. (Au présent et à l'imparfait, au moyen) Engendrer, donner naissance, en parlant de la femme.
    • ἐκυσάμην.
    1. (Plus rarement, suivi de l'accusatif) Être enceinte de.
  2. (À l'aoriste, sens causal) Féconder, engrosser en parlant du mâle.
    • ἔκυσα

VariantesModifier

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. Julius PokornyIndogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959 → consulter cet ouvrage