νεωτεροποιός

Grec ancienModifier

 

ÉtymologieModifier

De νεώτερος et ποιέω.

Adjectif Modifier

νεωτεροποιός \Prononciation ?\

  1. Qui aime la nouveauté. Novateur[1].
    • οἱ μέν γε νεωτεροποιοὶ καὶ ἐπινοῆσαι ὀξεῖς καὶ ἐπιτελέσαι ἔργῳ ἃ ἂν γνῶσιν· Ils aiment les innovations, sont prompts à concevoir et à réaliser ce qu'ils ont résolu. — (Thucydide, La guerre du Péloponnèse, I, 70 – [Discours des Corinthiens à Sparte], trad. Voilquin, 1936)
  2. (En particulier) Qui fait une révolution.[1]
    • Δεῖ δὲ μηδὲ τοῦτο λανθάνειν τοὺς οὕτω νομοθετοῦντας, ὃ λανθάνει νῦν, ὅτι τὸ τῆς οὐσίας τάττοντας πλῆθος προσήκει καὶ τῶν τέκνων τὸ πλῆθος τάττειν· ἐὰν γὰρ ὑπεραίρῃ τῆς οὐσίας τὸ μέγεθος ὁ τῶν τέκνων ἀριθμός, ἀνάγκη τόν γε νόμον λύεσθαι, καὶ χωρὶς τῆς λύσεως φαῦλον τὸ πολλοὺς ἐκ πλουσίων γίνεσθαι πένητας· ἔργον γὰρ μὴ νεωτεροποιοὺς εἶναι τοὺς τοιούτους. Il ne faut pas oublier, quand on porte des lois semblables, un point négligé par Phaléas et Platon : c'est qu'en fixant ainsi la quotité des fortunes, il faut aussi fixer la quantité des enfants. Si le nombre des enfants n'est plus en rapport avec la propriété, il faudra bientôt enfreindre la loi ; et même, sans en venir là, il est dangereux que tant de citoyens passent de l'aisance à la misère, parce que ce sera chose difficile, dans ce cas, qu'ils n'aient point le désir des révolutions. — (Aristote, Les politiques, II 7 [1], traduction de Barthélémy-Saint-Hilaire)

RéférencesModifier