Ouvrir le menu principal

Grec ancienModifier

ÉtymologieModifier

Apparenté[1] au latin oro (« prier »), de l’indo-européen commun *or- (« dire, appeler ») qui a également donné ir en lituanien. Comparer avec le latin inquam dont le sens se perdait à l'époque classique et était en passe de devenir une simple particule de conjonction.

Nom commun Modifier

ἄρα, ára \Prononciation ?\ féminin

  1. Prière.
    • εἴ ποτ᾽ ἐμᾶν, ὦ Ζεῦ πάτερ, θυμῷ θέλων ἀρᾶν ἄκουσας — (Iliade, 6.43)

DérivésModifier

Conjonction Modifier

ἄρα, ára \ˈa.ra\

  1. (Sens étymologique) Ayant ainsi parlé, ceci dit.
  2. Puis, et, alors, ainsi, donc.
    • τὸν οὖν Σωκράτη ἀκούσαντα πάλιν τε κελεῦσαι τὴν πρώτην ὑπόθεσιν τοῦ πρώτου λόγου ἀναγνῶναι, καὶ ἀναγνωσθείσης, πῶς, φάναι, ὦ Ζήνων, τοῦτο λέγεις; εἰ πολλά ἐστι τὰ ὄντα, ὡς ἄρα δεῖ αὐτὰ ὅμοιά τε εἶναι καὶ ἀνόμοια, τοῦτο δὲ δὴ ἀδύνατον: οὔτε γὰρ τὰ ἀνόμοια ὅμοια οὔτε τὰ ὅμοια ἀνόμοια οἷόν τε εἶναι; οὐχ οὕτω λέγεις; — (Platon, Parménide)
      Socrate ayant écouté jusqu'à la fin, invita Zénon à relire la première proposition du premier livre. Cela fait, il reprit : Comment entends-tu ceci, Zénon : si les êtres sont multiples, il faut qu'ils soient à la fois semblables et dissemblables entre eux ? Or, cela est impossible ; car ce qui est dissemblable ne peut être semblable, ni ce qui est semblable être dissemblable. N'est-ce pas là ce que tu entends ? — (traduction)
  3. Puisque, à savoir, c’est-à-dire, en effet.

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

  1. Julius PokornyIndogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959 → consulter cet ouvrage