Japonais modifier

Étymologie modifier

Sinogrammes
(1872) Composé de , et de , so (« élément »), créé par Morisaburō Ichikawa dans Rika Nikki (1872)[1]. Le caractère a été utilisé par Shiba Ryōkai dans Shichiyaku Shinsetsu (1860) comme [2] et par Heijirō Takehara dans Kagaku Nyūmon (1867-1870) comme , yojiumu issu du néerlandais jodium[3].

Nom commun modifier

Kanji 沃素
Hiragana ようそ
Transcription yōso
Prononciation ーソ
\jo̞ː˦˨.so̞˨.◌˨\

沃素 yōso \joː.so\

  1. (Vieilli) Variante orthographique de ヨウ素 (« iode »).

Références modifier

  1. Fumiko Kōji, Shōzō Kobayashi, Hiroyuki Hirata, 日本各地の明治中期の理科授業筆記の発見と当時の元素教育
  2. 潘吉星, 中外科學之交流, 1993, ISBN 9622015484, page 316
  3. Jean Girardin, Kagaku Nyūmon, traduit par Heijirō Takehara, 1867-1870 : 沃陳 ヨヂウム