Abyssinie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin Abyssinia (« pays des Abyssins »), apparenté à l’arabe الحبشة, al-habacha[1].

Nom propre Modifier

Abyssinie \a.bi.si.ni\ féminin

  1. (Géographie) (Histoire) (Vieilli) Éthiopie.
    • On l’appelle indifféremment Abiſſinie, Abyſſinie, Abeſſinie, Abbaſie, plus proprement Habeſſinie avec une forte aſpiration, du mot Arabe Habeſch, qui signifie mélange, parceque ce Pays étoit habité de quantité de Nations différentes. Si nous en croyons Strabon, on lui a donné ce nom à cauſe des vaſtes Déſerts ſablonneux dont il eſt rempli, que les Égyptiens, appellent Abaſſes. D’autres conjecturent que ce nom dérive d’Abaxa, Capitale du Royaume d’Adel, dont les Rois en ont été autrefois les maîtres. Un judicieux Auteur rejette avec aſſez d’apparence de raiſon toutes ces étymologies comme incertaines & frivoles. — (Histoire universelle, tome vingt-quatrième, liv. XX, chap. V Hiſtoire d’Abissinie ou de la Haute Éthiopie, section II, Arkstée & Merkus, Amsterdam/Leipzig, 1765)
    • L’Abyssinie ou Éthiopie est un Empire africain situé entre le Soudan, l’Afrique orientale anglaise, l’Érythrée et les Somalilands, français, anglais et italien. Son extension territoriale est supérieure à celle de la France. — (Alejandro Liaño, Éthiopie : empire des nègres blancs, P. Roger, 1929, p. 7)
    • C’est le centre historique (Tigré, Choa, Amhara) de la terre indifféremment appelée Éthiopie ou Abyssinie, selon qu’on se rattache à l’étymologie grecque Aithiopes « gens brûlés par le soleil » dont Hérodote mentionne déjà le contingent dans le récit où il décrit l’armée de Xerxès, ou à l’étymologie arabe Habesch qui, datant du moyen âge, signifie : ramassis, mélange. — (Victor Margueritte, Avortement de la S.D.N., 1936)

VariantesModifier

SynonymesModifier

Gentilés et adjectifs correspondantsModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • Abyssinie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. Antoine-Paulin Pihan, Glossaire des mots français tirés de l'arabe, du persan et du turc, Paris, 1866, p. 18