Aide:Abréviations, sigles et acronymes


Abréviations, sigles acronymes

Qu’est-ce qu’une abréviation, un sigle, un acronyme ?Modifier

Ne pas confondre avec les symbolesModifier

Bon nombre d’unités de mesure, de concepts mathématiques, etc., sont transcrits à l’aide de symboles, qui ont parfois été d’abord des abréviations. Les symboles, pour la plupart des conventions internationales (indiquées {{langue|conv}}), mais parfois spécifiques à une langue, sont indiqués {{S|symbole}}. Ils sont systématiquement invariables, et ne portent pas de marque de ponctuation. À la lecture, ils sont souvent remplacés par leur valeur ; ainsi « 12 N » se lira « douze newtons » (en mathématiques, cette pratique est inexistante, cependant).

Ne pas confondre avec la natureModifier

Il faut savoir d’abord qu’abréviation, sigle et acronyme désignent une forme de mot, indépendant de sa nature. Il peut en effet s’agir de noms, mais aussi d’adjectifs, de verbes, ou de locutions.

Les titres de section utilisés ne sont donc pas « Abréviation », « Sigle », « Acronyme » (erreur fréquente), mais bien « Nom », « Adjectif », etc. Dans la mesure du possible, on suivra l’exemple des dictionnaires comme le Robert, le Littré, le Larousse, etc., ce qui veut dire qu’un bon nombre de locutions se transformeront. Ainsi, la locution nominale acide désoxyribonucléique devient un nom lorsqu’elle est abrégée en «ADN».

On précisera la forme sur la ligne de forme uniquement avec les modèles adéquats.

Différences entre les troisModifier

Il s’agit en fait de trois notions imbriquées :

  • Une abréviation est le raccourcissement d’un mot ou d’un groupe de mots.
    Exemple : etc. pour « et cætera »
  • Un sigle est l’abréviation d’une locution qui n’en garde que les initiales (voire suivies de points) :
    Exemple : J.O. pour « jeux olympiques »
    Exemple : BBL pour « Banque Bruxelles Lambert »
    Exemple : TVA pour « Taxe sur la valeur ajoutée »
    Exemple : TGV pour « Train à grande vitesse »
    Exemple : SA pour « Société anonyme »
  • Un acronyme est un sigle dont l’enchaînement des lettres se lit comme un mot simple (il est prononçable au lieu de devoir être épelé) ; parfois ces acronymes deviennent des mots ordinaires, processus qui commence par leur passage en minuscules ;
    Exemple : ONU pour « Organisation des Nations unies » se lit \o.ny\ ou \o.ɛn.y\
    Exemple : sida pour « syndrome d’immunodéficience acquise »
    Exemple : cégep pour « collège d'enseignement général et professionnel »
    Exemple : radar pour « radio detection and ranging »

ConventionsModifier

Ces règles n'ont pas été soumises à la communauté mais sont recommandées

Ces abréviations sont traitées exactement comme des mots normaux : étymologie, prononciation (le cas échéant), définition, etc. Mais elles ont certaines particularités :

  • Le mot ou la locution d’origine (d’où viennent les initiales d’un sigle par exemple) est donnée dans l’étymologie plutôt que sur la ligne de définition si possible (voir ci-dessous) ;
  • On précise dans la section d’étymologie s’il s’agit
  • Ces modèles (qui acceptent un code de langue en argument) ajoutent automatiquement l’article vedette aux catégories appropriées ([[Catégorie:Abréviations en <langue>]], [[Catégorie:Sigles en <langue>]], ou [[Catégorie:Acronymes en <langue>]].

Si l’abréviation et le sens sont essentiellement identiques, afin d’éviter les répétitions inutiles on se contentera de spécifier, dans l’étymologie, « Par abréviation » ou encore « Sigle », selon le cas. Similairement, lorsque l’abréviation a de nombreux sens, il est préférable de limiter l’étymologie au mécanisme commun (« abréviation » ou « sigle ») et de donner la forme complète en définition.

Voir aussiModifier