Annexe:Formes verbales arabes

Les formes verbales en arabe sont des variations régulières faites suivant différents schèmes, qui dénotent divers modes par rapport à la forme de base : réfléchi, intensif, fréquentatif,... Le plus souvent, il s'agit de sens dérivés, directement ou pas, de formes verbales en référence à la « première forme », qui est la forme sans altération (mais est très irrégulière). Cependant, dans de nombreux cas, la filiation étymologique doit se rattacher à des formes nominales ou qualificatives, dont la « première forme » n'est pas nécessairement l'origine, mais peut être elle-même une forme dérivée. De plus, la première forme sert souvent de forme « fourre-tout » reprenant le sens d'une forme dérivée, ou associée à n'importe quel sens dérivé de la racine.

Ces différentes formes s'analysent plus comme des familles de mots (en l'occurrence, des familles de verbes) que comme des conjugaisons au sens propre. En particulier, ces différentes formes sont loin d'être usitées au même degré. Celles que l'on retrouve le plus souvent sont les 2e, 4e, 5e, 8e et 10e. Mais aucun verbe arabe ne peut les comporter toutes.

Les linguistes occidentaux désignent ces formes par des numéros, et identifient les formes 1, 2,... jusqu'à parfois 13 ou 15, voire parfois beaucoup plus. L'identification des formes ne faisant pas l'objet d'un consensus au-delà de 15, la numérotation de ces formes n'est pas réellement définie.

Les linguistes arabes désignent conventionnellement ces formes par la transformation qu'elles font prendre au verbe فَعَلَ (fa3ala) (« agir »), la forme étant donnée pour l'accompli de la troisième personne masculin singulier (sans préfixe et se terminant par a), forme à partir de laquelle se déduit le reste de la conjugaison.

Pour une meilleure lisibilité des formes verbales par rapport à la racine, celles-ci seront ici désignées par la transformation apportée au radical (hypothétique) زَرَزَ (zaraza), ou زَرْزَرَ (zarzara) pour les formes quadrilittères (pour l'anecdote, radical se rapportant à l'étourneau).

Formes de baseModifier

  • La forme de base est la forme (i), qui à l’accompli présente trois syllabes ouvertes [*a*a*a], [*a*i*a] ou [*a*u*a].
  • Le sens est de faire l’action considérée, ou d'être dans l'état considéré.
ك ت ب k-t-b écrire, écriture كَتَبَ (kataba ) il écrivit
س ل م s-l-m bon état, soumission سَلِمَ (salima) il est sain et sauf

Premier groupe dérivé (allongement)Modifier

Le premier groupe de formes dérivées transforme la première syllabe en syllabe fermée longue.

Dans ce premier groupe dérivé, l’inaccompli est construit en préfixant le schème de l’accompli par يُـ (yu-), et la deuxième voyelle du schème se transforme de « a » en « i » (e.g. : يُكْتِبَ (yuktiba) pour la forme iv).

Forme (ii) - زَرَّزَ (zar²aza)Modifier

  • La forme (ii) ferme la première syllabe par le redoublement de la seconde consonne : kat-taba.
  • Le sens premier est intensitif (violence, répétition, ...), l'intensité étant dirigée sur l'objet.
كَتَبَ (kataba) Il a écrit (qqch) كَتَّبَ (kat²aba) il a écrit (longtemps, souvent, beaucoup)
  • L'intensité sur l'objet peut également être factitif (imposer à l'objet une action ou une qualité), ou dénominatif (ça va vers un objet, aller vers une direction) ; ce qui conduit à des sens similaires à ceux de la forme (iv).
كَتَبَ (kataba) Il a écrit (qqch) كَتَّبَ (kat²aba) Il a fait écrire (qqch à qqun) (il a fait que X a écrit).
سَلِمَ (salima) Il reste intact سَلَّمَ (sal²ama) il a conservé (qqun) intact (il a fait que X est intact).

Forme (iii) - زَارَزَ (zâraza)Modifier

  • La forme (iii) ferme la première syllabe par une lettre de prolongation  : -taba.
  • Le sens est d’une action faite dans l'effort, en même temps qu’un autre acteur avec lequel on participe à un process commun. L'intensité porte sur le sujet.
كَتَبَ (kataba) (إِلَى) il a écrit (à qqun) كَاتَبَ (kâtaba) il s'est efforcé d'écrire et réciproquement avec quelqu'un il a été en correspondance avec

Forme (iv) - أَزْرَزَ ('azraza)Modifier

  • La forme (iv) utilise la première radicale pour fermer la première syllabe. Elle porte alors un sukûn ْ, et la structure syllabique de l’arabe impose alors quand c’est nécessaire la présence d’une hamza instable, dans ce cas portée par un « a » : ‘ak-taba.
  • Dans la forme (iv), l'intervention du sujet conduit l'objet à réaliser une certaine action. Le sens est factitif (imposer à l'objet une action ou une qualité), ou dénominatif (ça va vers un objet, aller vers une direction).
كَتَبَ (kataba) il a écrit أَكْتَبَ (aktaba) il a fait que quelqu'un a écrit il a fait écrire, il a dicté

Deuxième groupe dérivé (Ta) formes passives-réfléchiesModifier

  • Le deuxième groupe dérivé ajoute le préfixe تَـ (ta-).
  • Le sens est d'exprimer le fait qu'un objet subit l'action, donc un résultat ou une conséquence d'un verbe de base.
  • La dérivation en تَـ (ta-) s'étend à de nombreuses autres formes verbales plus rares, et parfois à des participes.
  • Voir aussi modèle:ar-ta-.

Le « Passif-Réfléchi »Modifier

Lorsqu'on les traduit, ces formes correspondent le plus souvent à un passif par rapport à la forme dont elles dérivent : « se faire... », « se laisser... ».

Alors que dans le « passif », la personne subit l’effet de l’action d’une autre, et que dans le « réfléchi » la personne subit l'effet de sa propre action, l’« effectif » signifie que l'action est effectuée sur cette personne, la personne subit l’action, qu’elle soit réalisée par lui-même ou par un autre.

Par exemple, عَلَمَ (3alama) (savoir) donne le factitif (ii) عَلَّمَ (3al²ama) (il a fait que X a su, il a enseigné à X) et (v) تَعَلَّمَ (ta3al²ama) (il a appris, il est éduqué) : mais ce n’est pas parce que l’éducateur fait son œuvre que l’élève est nécessairement éduqué, et ce n'est pas parce que l'élève est éduqué que c'est nécessairement le fait de l'éducateur.

  • Si l'éducation de l'élève est le fait de l'éducateur, تَعَلَّمَ (ta3al²ama) peut être considéré comme un passif : un autre a عَلَّمَ (3al²ama), faisant qu'il a été éduqué - donc il est éduqué.
  • Si l'éducation est le fait de l'évolution de l'élève, تَعَلَّمَ (ta3al²ama) peut être considéré comme un réfléchi : il s'est عَلَّمَ (3al²ama) lui-même, faisant qu'il s'est éduqué - donc il est éduqué.

La forme (v) est la forme effective de la forme (ii). Si la forme (ii) exprime une action sur un objet tiers, la forme (v) exprime l’état dans lequel cet objet (à présent sujet) se retrouve après une telle action, que cette action soit de son fait (réfléchi) ou du fait d'un autre (passif). D'où la formulation classique de « sens réfléchi-passif » : la forme par elle-même ne fait pas de différence entre le réfléchi et le passif (le contexte permet éventuellement de déterminer quel est le cas).

Réfléchi-passif de la (ii) - تَزَرَّزَ (tazar²aza)Modifier

La forme (v) dérive de la forme (ii), dont elle exprime la conséquence.

كَتَبَ (kataba) écrire, enregistrer كَتَّبَ (kat²aba) faire que des cavaliers s’enrôlent en escadron تَكَتَّبَ (takat²aba) se rassembler en escadron
قَتَلَ (qatala) il a tué قَتَّلَ (qat²ala) il a massacré تَقَتَّلَ (taqat²ala) il a été massacré
سَلِمَ (salima) échapper, demeurer intact سَلَّمَ (sal²ama) Se livrer entièrement à Dieu تَسَلَّمَ (tasal²ama) se faire musulman
سَلِيمٌ (salîmũ) en sécurité سَلَّمَ (sal²ama) remettre, livrer تَسَلَّمَ (tasal²ama) recevoir la chose livrée

Réfléchi-passif de la (iii) - تَزَارَزَ (tazâraza)Modifier

La forme (vi) dérive de la (iii), dont elle exprime la conséquence.

كَاتَبَ (kâtaba) entretenir une correspondance avec quelqu'un تَكَاتَبَ (takâtaba) être en correspondance les uns avec les autres

Réfléchi-passif de la (iv)Modifier

Il n’y a pas de forme de schème تَزْرَزَ (tazraza) dérivant de la forme (iv) ; mais la forme (x), de schème إِسْتَزْرَزَ (istazraza), exprime aussi le réfléchi-passif de la forme (iv).

Réfléchi-passif de la (i)Modifier

Il n’y a pas de forme de schème تَزَرَزَ (tazaraza) dérivant de la forme (i) ; mais la forme (vii), de schème إِنْزَرَزَ (inzaraza), exprime aussi le réfléchi-passif de la forme (i).

Formes quadrilitèresModifier

Toutes les formes suivantes se fondent sur des schèmes quadrilitères.

Les différentes formes se distinguent suivant la manière dont on passe de trois à quatre radicales pour s'adapter à une forme quadrilitère : insertion d'une lettre servile en complément des lettres radicales, ou duplication de l'une ou l'autre des radicales. Par ailleurs, elles peuvent se regrouper suivant l'infixe quadrilitère auquel elles ont été adaptées.

  • Les formes vii à xiii peuvent s'analyser comme dérivant de formes quadrilitères en [**a*a*] et [**aw*a*]. Seules ces dernières formes ont une application (relativement) fréquente.
  • Ces formes on un infixe commençant par deux consonnes, et prennent donc une voyelle prosthétique portée par un hamza instable.

Groupe en [**a*a*]Modifier

Le sens est le plus souvent un réfléchi-passif de la forme (i) : la forme exprime soit le réfléchi-passif (se laisse faire) de la forme (i), soit un fait qui ne profite qu'au sujet (se fait).

Forme (vii) - إِنْزَرَزَ (inzaraza)
insertion d'un N devant la première radicale.

La forme (vii) créé une quatrième radicale en insérant un "n" devant la première radicale, et est de schème إِنْزَرَزَ -n*a*a*a-.

Cette forme importante exprime l’état ou la condition résultant de l’action (i), dont elle est un passif-réfléchi (« se faire »). La forme (vii) correspond parfois à l’idée que le sujet laisse faire une action sur lui (« se laisse »).

Forme viii - إِزْتَرَزَ (iztaraza)
insertion d'un T derrière la première radicale.

La forme (viii) créé une quatrième radicale en insérant un "t" entre la première et la deuxième radicale et est de schème إِزْتَرَزَ -*ta*a*a-.

Par rapport à la forme (vii), la forme (viii) traduit en plus l’idée que l’objet est affecté par l’action.

Forme ix - إِزْرَزَزَ (izrazaza)
Duplication de la troisième radicale

La forme (ix) créé une quatrième radicale en dupliquant la troisième. (Schier 129) La troisième radicale étant redoublée, cette forme suit la conjugaison des verbes sourds : la voyelle entre les deux dernières radicales est supprimée devant une voyelle du suffixe. La racine prend donc deux formes, utilisées suivant que le suffixe de conjugaison commence par une voyelle ou une consonne, d'où le schème إِزْرَزَّ -**a33a-, ou إِزْرَزَّ -**a*²a-. Les participes et formes nominales, en revanche, ont un suffixe de déclinaison qui commence toujours par une voyelle ; les racines sourdes redoublent donc simplement la seconde radicale pour ces formes.

La forme (ix) a pour base un adjectif de difformité ou de couleur, et exprime le fait d'être ou de devenir quelque chose (se faire), d'où l'impossibilité de l'utiliser au passif (puisque le sens est déjà par lui-même passif).

Groupe en [**aw*a*]Modifier

  • Ces formes peuvent être considérées comme des dérivées d'une extension des trois radicales pour adapter la forme à une hypothétique forme quadrilitère [**aw*a*], le waw pouvant être interprété comme une consonne, ou un simple signe de prolongation s'accordant sur le alif.
  • De même que précédemment, ces formes on un infixe commençant par deux consonnes, et prennent donc une voyelle prosthétique portée par un hamza instable.
  • Les formes (xi), (xii) et (xiii) marquent une intensité, de manière généralement irrégulière. Ce sont des formes rares et atypiques, à cinq consonnes. Les formes (xii) et (xiii) sont deux formes intensives de la forme (i) ; la forme (xi) est une intensive de la forme (ix).
Forme (xi) - إِزْرَازَّ (izrâz²a)
Duplication de la troisième radicale

Formellement, la forme (xi) s'apparente à la (ix) par allongement de la voyelle sur la seconde consonne. Elle est formée par le redoublement de la troisième lettre de la racine, l'ajout du alif après la seconde lettre de la racine, et l’ajout de la hamza instable avant la première. Les deux dernières radicales étant identiques, la forme (xi) suit (comme la ix) la conjugaison des verbes sourds. Elle est de forme إِزْرَازَّ -**â*²a-.

Par rapport à un schème en [**aw*a*], le alif long vient de ce que le waw du schème est faible, et sert ici de lettre de prolongation au fatha précédent.

Par rapport à la forme (ix), la forme (xi) avec l’allongement du « A » implique généralement une idée de réciprocité, et ici de comparaison par rapport à d’autres références semblables : elle peut indiquer une intensité supérieure à celle de la (ix) ; ou une qualité transitoire ou mutable.

Forme (xii) - إِزْرَوْرَزَ ('izrawraza)
Duplication de la seconde radicale

La forme (xii) redouble la deuxième radicale et y insère un w, elle est de forme إِزْرَوْرَزَ -*2aw2a*a-. C’est une forme intensive de la forme (i).

La forme est une alternative à la forme (xi) précédente. Par rapport à un schème en [**aw*a*], le waw du schème est ici fort, et conduit à une diphtongue par rapport au fatha précédent.

Forme XIII - إِزْرَوَّزَ (izraw²aza)
Duplication du waw de la forme

La forme (xiii) est formée par l'ajout d'un double waw après la seconde lettre de la racine. Elle est de forme إِزْرَوَّزَ -**aw²a*a-. C’est une forme intensive de la forme (i).

Par rapport à un schème en [**aw*a*], le waw du schème est ici redoublé, et conduit à la fois à une diphtongue par rapport au fatha précédent, et à une consonne ouvrant la syllabe suivante.

Racines quadrilitèresModifier

Les racines quadrilitères peuvent correspondre aux origines suivantes :

  • Par répétition d'une racine de deux lettres exprimant un son ou un mouvement : بَأْبَأَ (ba'ba'a) : dire « papa » ; وَسْوَسَ (waswasa) : chuchoter.
  • Par ajout d'une lettre, généralement liquide ou sifflante, en infixe, préfixe ou suffixe, à une racine trilitère : شَمَخَ (camaXa) être haut, شَمْخَرَ (camXara) être fier.
  • Comme dénominal d'un mot de plus de trois lettres (qui peut être étranger).
  • Par combinaison des principales lettres d'une formule commune, par exemple بَسْمَلَ (basmala) : dire بِسْمِ آالّٰهِ (bismi ~ellEhi).

Les verbes quadrilitères prennent une forme de base et trois formes dérivées.

(1q) Forme de base - زَرْزَرَ (zarzara)

La forme (1q), زَرْزَزَ -*a**a*a-, correspond en formation et conjugaison à la forme (ii) زَرَّزَ (zar²aza) des trilitères. On peut considérer que la forme (ii) est l'adaptation à cette forme de base d'une racine trilitère, par duplication de la seconde radicale. Elle est à la fois transitive et intransitive.

(2q) Forme passive-réfléchie - تَزَرْزَرَ (tazarzara)

La forme (2q), تَزَرْزَزَ -ta*a**a*a-, passif-réfléchi de la précédente, correspond en formation et conjugaison à la forme (v) تَزَرَّزَ (tazar²aza) des trilitères.

(3q) Forme en N - إِزْرَنْزَرَ (izranzara)

La forme (3q), إِزْرَنْزَزَ -**an*a*a-, se forme et se conjugue comme la forme trilitère (vii) إِنْزَرَزَ (inzaraza), à laquelle elle est comparable (« se faire... », « se laisser... »), la différence étant que le ن (n) n'est pas préfixé, mais inséré entre la deuxième et la troisième radicale.

(4q) Duplication de la dernière radicale - إِزْرَزَرَّ (izrazar²a)

La forme (4q), إِزْرَزَزَّ -**a*a*²a-, est construite comme la forme trilitère (ix), إِزْرَزَزَ (izrazaza), en dupliquant la dernière radicale. Elle est intransitive et exprime un haut degré (intensif ou extensif) d'une action, un état ou une qualité intransitive : شَمْخَرَ (camXara) être fier, إِشْمَخَرَّ (icmaXar²a) être extrêmement fier.

L'infixe se terminant par une quatrième radicale redoublée, cette forme se conjugue comme les verbes sourds : devant une voyelle la quatrième radicale est simplement redoublée ; sinon la quatrième radicale est dédoublées et la voyelle de la troisième radical se place entre les deux.


Formes dérivées des quadrilitèresModifier

Les infixes des quadrilatères proprement dits sont de forme (1q) زَرْزَزَ -*a**a*a-, (2q) تَزَرْزَزَ -ta*a**a*a-, (3q) إِزْرَنْزَزَ -**an*a*a- et (4q) إِزْرَزَزَّ -**a*a*²a-. De même que précédemment, ces formes peuvent servir à produire des formes dérivées de radicaux trilitères, par insertion d'une lettre servile en complément des lettres radicales, ou duplication de l'une ou l'autre des radicales.

Les Arabes nomment les verbes de ces formes annexés au verbe quadrilitères, parce qu'elles peuvent être considérées comme dérivées de formes quadrilittaires. Quelques grammairiens comptent jusqu'à trente-cinq formes de verbes. Ces formes sont extrêmement restreintes. Des formes ultérieures ont été identifiées, mais ne se rencontrent pratiquement jamais.

Groupe en [*a**a*]Modifier

Ces formes peuvent être considérées comme dérivées de la forme (iq) زَرْزَزَ -*a**a*a-

  • La forme زَرْأَزَ -*a*'a*a- insère une hamza entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme زَرْزَى -*a**é- insère un "y" faible comme quatrième radicale.
  • La forme زَوْرَزَ -*aw*a*a- insère un "w" entre la première et la deuxième radicale
  • La forme زَيْرَزَ -*ay*a*a- insère un "y" entre la première et la deuxième radicale
  • La forme زَرْوَزَ -*a*wa*a- insère un "w" entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme زَرْيَزَ -*a*ya*a- insère un "y" entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme زَرْنَزَ -*a*na*a- insère un "n" entre la deuxième et la troisième radicale.

Groupe en [ta**a*a*]Modifier

Les formes dérivées de la forme (iq) peuvent en outre être préfixées par un "ta", ce qui en fait des dérivées de la forme (iiq) تَزَرْزَزَ -ta*a**a*a-.

  • La forme تَزَرْأَزَ -ta*a*'a*a- insère une hamza entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme تَزَرْزَى -ta*a**é- insère un "y" faible comme quatrième radicale.
  • La forme تَزَوْرَزَ -ta*aw*a*a- insère un "w" entre la première et la deuxième radicale
  • La forme تَزَيْرَزَ -ta*ay*a*a- insère un "y" entre la première et la deuxième radicale
  • La forme تَزَرْوَزَ -ta*a*wa*a- insère un "w" entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme تَزَرْيَزَ -ta*a*ya*a- insère un "y" entre la deuxième et la troisième radicale.
  • La forme تَزَرْنَزَ -ta*a*na*a- insère un "n" entre la deuxième et la troisième radicale.

Groupe en [**an*a*]Modifier

Ces formes peuvent être considérées comme dérivées de la forme (iiiq) إِزْرَنْزَزَ -**an*a*a-

Groupe en [**a*a*²]Modifier

Ces formes peuvent être considérées comme dérivées de la forme (ivq) زَرْزَزَّ -*a**a*²a-

Formation des formes annexes à la conjugaisonModifier

La conjugaison d'un verbe arabe ajoute à un infixe fixe (aux variations près de la longueur de sa dernière syllabe) des préformantes et des adformantes. (Glaire §220) Dans toutes les formes dérivées du verbe trilitère, ainsi que dans la Forme primitive du verbe quadrilitère, les préformantes et les adformantes sont les mêmes que dans la forme primitive du verbe trilitère. Il n'y a donc à considérer dans toutes ces formes que l'infixe, c'est-à-dire les voyelles des lettres radicales, celles des caractéristiques de chaque forme et des préformantes du futur.


En dehors de la forme (i), les formes verbales se déduisent souvent les unes des autres, les premières formes étant les plus irrégulières :

Formes de l'accompliModifier

  • L’infixe de l’accompli : toutes les voyelles de sont des « a » (en dehors d'un éventuel « ‘i » préfixé) : تَزَرَّزَ (tazar²aza)
    Lorsque l’infixe de l’accompli actif commence par deux consonnes, elles sont précédées de « ‘i » mutable (un « ‘u » mutable au passif) ; sauf dans la forme (iv) où c’est un « ‘a » mutable ; cette voyelle mutable ne fait pas partie de l’infixe.
  • L’accompli passif se déduit de l’actif en remplaçant les voyelles « a » par des « u », sauf la dernière voyelle de l’infixe qui devient « i » : تُزُرِّزَ (tuzur²iza).
    Lorsque la forme accomplie active est précédée d’un « ‘i » mutable, il se transforme en « ‘u » mutable au passif. Lorsque la voyelle de l’actif est allongée, celle du passif l’est également ; et le support de prolongation doit s’accorder en conséquence.

Formes de l'inaccompliModifier

  • L’infixe de l’inaccompli est généralement celui de l’accompli où la dernière voyelle (en « a ») est changé en « i » ; mais le changement n’est pas fait pour les formes (v), (vi), (ix) et (xi).
  • Son préfixe (variable suivant les personnes et le nombre) est normalement en « a », sauf aux formes (ii), (iii) et (iv) où il est en « u ».
  • L’infixe est le même que celui du participe actif, sauf pour les formes (v) et (vi), pour lesquelles la dernière voyelle est en « a » au lieu d’être en « i ».
  • L’inaccompli passif se déduit de l’actif, en remplaçant toutes les voyelles de l’infixe (« a » ou « i ») par un « a », et celle du préfixe (généralement en « a ») par « u ».
    L’infixe de l’inaccompli passif est donc identique à celui de l’accompli actif, tout en « a ». Pour les formes (ii), (iii) et (iv), où le préfixe de l’inaccompli actif est en « u », le passif ne se distingue que par sa dernière voyelle en « a » contre le « i » de l’actif.
  • L’impératif et l’inaccompli ont toujours le même infixe. Lorsque cet infixe débute par deux consonnes, elles sont précédées d’un « ‘i » mutable (sauf pour la forme (i), pour les inaccomplis en « u », où le préfixe est alors un « ‘u »).

ParticipesModifier

  • Le participe passif est toujours calqué sur l’infixe de l’accompli, préfixé par « mu- » et suffixé par un tenuin. تَزَرَّزَ (tazar²aza) donne ainsi مُتَزَرَّزٌ (mutazar²azũ)
    Mais il n’existe pas aux formes (ix) et (xi), qui sont essentiellement passives et par nature n'ont pas de passif ; la forme construite de cette manière est celle du participe actif.
  • Le participe actif est construit sur l’infixe de l’inaccompli, préfixé par « mu- » et suivi de du tenuin. De plus, la dernière voyelle est changée en « i ». تَزَرَّزَ (tazar²aza) donne ainsi مُتَزَرِّزٌ (mutazar²izũ)
    Mais aux formes (ix) et (xi), qui sont essentiellement passives, il prend la forme en « a » qu’aurait eu le participe passif.

Nom d'actionModifier

  • Les formes (i) à (iii) n’ont rien à voir avec la structure de l’infixe.
  • Aux formes (v) et (vi), le nom verbal se forme sur l’infixe de l’accompli, où la dernière voyelle est remplacée par un « u ».
  • À partir de la forme (vii), le nom verbal devient à peu près régulier. Il est formé sur l’infixe de l’accompli, où les voyelles sont remplacées par un « i » (gardant leur prolongement éventuel), et où la dernière voyelle est un « â » long. إِسْتَزْرَزَ (istazraza) donne pour nom d'action إِسْتِزْرَازٌ (istizrâzũ)
    Aux formes (ix) et (xi), ce « â » long est inséré entre les deux occurrences de la troisième radicale.
    Dans la forme (xii), la séquence « iw » se transforme en « î » long, mais pas dans la forme (xiii).
  • Lorsque l’infixe de l’accompli actif commence par deux consonnes, elles sont précédées de « ‘i » mutable.
    La forme (iv) semble suivre cette construction.

Voir aussiModifier

Numérotation de Dictionnaire du verbe arabe (المعجم المفصل في تصريف الأفعال العربية)

(1) {{ar-*a*a*a-u}} (2) {{ar-*a*a*a-i}} (3) {{ar-*a*a*a-a}} (4) {{ar-*a*u*a}} (5) {{ar-*a*i*a-a}} (6) {{ar-*a*i*a-i}}

(7) {{ar-a**a*a}} (8) {{ar-*a*²a*a}} (9) {{ar-*â*a*a}}

(10) {{ar-n*a*a*a}} (11) {{ar-*ta*a*a}} (12) {{ar-**a*²a}} (13) {{ar-ta*a*²a*a}} (14) {{ar-ta*â*a*a}}

(15) {{ar-sta**a*a}} (16) {{ar-*2aw2a*a}} (17) {{ar-**aw²a*a}} (18) {{ar-**â*a}}

(19) {{ar-*a*3a3a}} (20) {{ar-*a*wa*a}} (21) {{ar-*a*ya*a}} (22) {{ar-*a*na*a}} (23) {{ar-*an*a*a}} (24) {{ar-*aw*a*a}} (25) {{ar-*ay*a*a}} (26) {{ar-*a**é}}

(27) {{ar-ta*a*3a3a}} (28) {{ar-ta*a*wa*a}} (29) {{ar-ta*a*ya*a}} (30) {{ar-ta*aw*a*a}} (31) {{ar-ta*ay*a*a}} (32) {{ar-ta*a**é}} (33) {{ar-tama**a*a}} (34) {{ar-ta*an*a*a}} (35) {{ar-ta*a*na*a}}

(36) {{ar-**a3a3²a}} (37) {{ar-*wa*a*²a}} (38) {{ar-**an3a3a}} (39) {{ar-**an*â'a}} (40) {{ar-*wan*a*a}} (41) {{ar-**an*é}} (42) {{ar-*ta**é}}