Annexe:Verbes creux en arabe

Les verbes creux ou verbes concaves en arabe sont ceux dont la deuxième lettre radicale est une lettre faible, ya ou waw. Ces lettres peuvent représenter des consonnes, et sont dans ce cas fixes, ou peuvent correspondre à des prolongations de voyelles, auquel cas elles doivent s'accorder avec cette voyelle.

Il y a un petit nombre de verbes concaves qui se conjuguent régulièrement : tel est عَوِرَ (3awira) inaccompli تَعْوَرُ (ta3waru), qui signifie être borgne, et qui, dans cette signification, se conjugue régulièrement ; tel est aussi صَيَدَ (Sayada) aoriste يَصْيُدُ (yaSyudu), qui signifie pécher, chasser.

Ces verbes et les verbes de la classe suivante sont ceux qui s'éloignent le plus des formes régulières : le nombre de ces verbes est très-grand (quelques centaines), et par cela même il est essentiel d'en bien connaitre la conjugaison.

Généralités modifier

Lexicographie modifier

L'entrée lexicographique d'un verbe est la troisième personne masculin singulier, dont la première radicale, pour un verbe de la première forme, est portée par un ـَ (-a). La lettre faible en seconde position joue le rôle d'une prolongation, et s'écrit alors sous la forme d'un alif : graphiquement, les verbes faibles s'écrivent sous la forme de deux lettres radicales entourant un alif central.

Cependant, la grammaire analyse les verbes creux comme des formes trilittères ayant un W ou un Y médian. De ce fait, dans le dictionnaire, le verbe qui s'écrit كَانَ (kâna) (il a existé) se trouve dans l’ordre alphabétique à كون (KWN, être, exister) ; c’est pourquoi il est nécessaire de connaître cette forme trilittère.

Il faut également noter que la forme كَانَ (kâna) ne permet pas de faire la différence entre un W ou un Y médian : à côté de كَوْنٌ (kawnũ) (exister) on trouve également un كَيْنٌ (kaynũ) (s'humilier). Devant un verbe inconnu il convient donc de regarder les deux lettres faibles.

Syllabes ouvertes ou fermées modifier

En règle générale, la lettre faible tend à jouer le rôle d'une lettre de prolongation. Cette lettre peut être précédée ou suivie de voyelles ; et elle peut généralement prolonger la voyelle qui la précède, mais parfois également celle qui la suit. Quand la prolongation est interdite, la lettre faible tend à imposer à la consonne précédente sa voyelle homologue, u pour le W médian, et i pour le Y médian. Mais la lettre faible retrouve une valeur de consonne lorsque ces deux autres possibilités sont interdites par la forme du schème.

Si la lettre faible marque la prolongation d'une voyelle, elle ne peut pas elle-même porter une voyelle, et porte donc implicitement un sukûn (ــْـ). Mais elle ne peut le faire que si la consonne qui suit porte elle-même une voyelle. En effet, une lettre de prolongation n'a pas de voyelle propre, et porte donc un sukûn (ــْـ) virtuel ; et ce sukûn (ــْـ) virtuel ne peut pas être suivi d'un sukûn (ــْـ) sur la lettre suivante, parce que la structure syllabique de l'arabe ne permet pas deux sukûn (ــْـ) successifs. Il ne peut pas y avoir un sukûn (ــْـ) explicite, qui correspond à la deuxième consonne d’une syllabe fermée, derrière une lettre de prolongation, qui par elle-même ferme la syllabe.

La possibilité pour un suffixe d’être précédé d’une syllabe longue dépend du suffixe, et donc, l'infixe varie dans la conjugaison.

  • Lorsque le suffixe est absent ou commence par une consonne, c’est-à-dire dans les cas où la troisième consonne de l’infixe porte un sukûn (ــْـ), la voyelle qui la précède est nécessairement courte. Dans ce cas, la consonne médiane ne peut pas être une prolongation de voyelle longue, et disparaît.
  • Sinon, quand la dernière consonne porte une voyelle, la consonne précédente peut être longue.

Conjugaison de la première forme modifier

Nom verbal modifier

Quand il existe, le nom verbal de schème زَرْزٌ -*a**ũ- se forme régulièrement, par exemple كَوْنٌ (kawnũ) (le fait d’exister). C’est le nom verbal qui fait apparaître la lettre radicale médiane.

Accompli modifier

  • Le verbe بَاعَ (bâ3a) (« faire affaire ; acheter ; vendre ») est un exemple de verbe en â/i.
  • Le verbe كَانَ (kâna) (« exister, être ainsi, avoir lieu ») est un exemple de verbe en â/u.

Les suffixes sont ceux des conjugaisons régulières. L’accompli s’appuie sur deux infixes, [*Â*] lorsque la troisième radicale porte une voyelle, et [*u*] ou [*i*] sinon. Noter l'alternance régulière de ces deux formes :

  • Lorsque dans une conjugaison normale, la seconde syllabe est longue (la troisième radicale porte un sukûn), le verbe creux a une syllabe longue fermée par la première et troisième radicale (qui porte un sukûn), encadrant une voyelle courte (u ou i).
  • Lorsque dans une conjugaison normale, la seconde syllabe est courte (la troisième radicale porte une voyelle), le verbe creux a une syllabe longue formée par une voyelle longue, et la troisième radicale porte la voyelle du suffixe.

Pour plus de lisibilité, les exemples sont donnés sur des racines imaginaires "zwz" et "zyz".

Verbe creux en â/u
accompli singulier duel pluriel
1re personne زُزْتُ (zuz.tu)
j’ai pris cette forme
زُزْنَا (zuz.naː)
nous avons pris cette forme
2e personne du masculin زُزْتَ (zuz.ta)
tu (masculin) as pris cette forme
زُزْتُمَا (zuz.tu.maː)
vous deux avez pris cette forme
زُزْتُمْ (zuz.tum)
vous tous avez pris cette forme
2e personne du féminin زُزْتِ (zuz.ti)
tu (féminin) as pris cette forme
زُزْتُنَّ (zuz.tun.na)
vous toutes avez pris cette forme
3e personne du masculin زَازَ (zaː.za)
il a pris cette forme
زَازَا (zaː.zaː)
eux deux ont pris cette forme
زَازُو (zaː.zuː)
eux tous ont pris cette forme
3e personne du féminin زَازَتْ (zaː.zat)
elle a pris cette forme
زَازَتَا (zaː.za.taː)
elles deux ont pris cette forme
زُزْنَ (zuz.na)
elles toutes ont pris cette forme
Verbe creux en â/i
accompli singulier duel pluriel
1re personne زِزْتُ (ziz.tu)
j’ai pris cette forme
زِزْنَا (ziz.naː)
nous avons pris cette forme
2e personne du masculin زِزْتَ (ziz.ta)
tu (masculin) as pris cette forme
زِزْتُمَا (ziz.tu.maː)
vous deux avez pris cette forme
زِزْتُمْ (ziz.tum)
vous tous avez pris cette forme
2e personne du féminin زِزْتِ (ziz.ti)
tu (féminin) as pris cette forme
زِزْتُنَّ (ziz.tun.na)
vous toutes avez pris cette forme
3e personne du masculin زَازَ (zaː.za)
il a pris cette forme
زَازَا (zaː.zaː)
eux deux ont pris cette forme
زَازُو (zaː.zuː)
eux tous ont pris cette forme
3e personne du féminin زَازَتْ (zaː.zat)
elle a pris cette forme
زَازَتَا (zaː.za.taː)
elles deux ont pris cette forme
زِزْنَ (ziz.na)
elles toutes ont pris cette forme

Inaccompli modifier

Les suffixes et préfixes sont ceux des conjugaisons régulières. L’inaccompli s’appuie sur deux infixes, la voyelle centrale étant longue devant un suffixe commençant par une voyelle, et courte sinon. La voyelle de l’inaccompli est portée par la première lettre radicale ; elle peut être en « i », « u » ou « a ». L’irrégularité est peu visible, seules les 2ème et 3ème personnes féminin pluriel ayant une forme courte.

  • Le verbe بَاعَ (bâ3a) (« faire affaire ; acheter ; vendre ») est un exemple d'inaccompli en i ;
  • Le verbe كَانَ (kâna) (« exister, être ainsi, avoir lieu ») est un exemple d'inaccompli en u ;
  • Le verbe نَامَ (nâma) (« Modèle:ar-nwm ») est un exemple d'inaccompli en a.

Pour plus de lisibilité, les exemples sont donnés sur des racines imaginaires "zwz" et "zyz".

Inaccompli en i
inaccompli singulier duel pluriel
1re personne أَزِيزُ (ʔa.ziː.zu)
je vais prendre cette forme
نَزِيزُ (na.ziː.zu)
nous allons prendre cette forme
2e personne du masculin تَزِيزُ (ta.ziː.zu)
tu (masculin) vas prendre cette forme
تَزِيزَانِ (ta.ziː.zaː.ni)
vous deux allez prendre cette forme
تَزِيزُونَ (ta.ziː.zuː.na)
vous allez tous prendre cette forme
2e personne du féminin تَزِيزِينَ (ta.ziː.ziː.na)
tu (féminin) vas prendre cette forme
تَزِزْنَ (ta.ziz.na)
vous allez toutes prendre cette forme
3e personne du masculin يَزِيزُ (ja.ziː.zu)
il va prendre cette forme
يَزِيزَانِ (ja.ziː.zaː.ni)
eux deux vont prendre cette forme
يَزِيزُونَ (ja.ziː.zuː.na)
ils vont tous prendre cette forme
3e personne du féminin تَزِيزُ (ta.ziː.zu)
elle va prendre cette forme
تَزِيزَانِ (ta.ziː.zaː.ni)
elles deux vont prendre cette forme
يَزِزْنَ (ja.ziz.na)
elles vont toutes prendre cette forme
Inaccompli en u
inaccompli singulier duel pluriel
1re personne أَزُوزُ (ʔa.zuː.zu)
je vais prendre cette forme
نَزُوزُ (na.zuː.zu)
nous allons prendre cette forme
2e personne du masculin تَزُوزُ (ta.zuː.zu)
tu (masculin) vas prendre cette forme
تَزُوزَانِ (ta.zuː.zaː.ni)
vous deux allez prendre cette forme
تَزُوزُونَ (ta.zuː.zuː.na)
vous allez tous prendre cette forme
2e personne du féminin تَزُوزِينَ (ta.zuː.ziː.na)
tu (féminin) vas prendre cette forme
تَزُزْنَ (ta.zuz.na)
vous allez toutes prendre cette forme
3e personne du masculin يَزُوزُ (ja.zuː.zu)
il va prendre cette forme
يَزُوزَانِ (ja.zuː.zaː.ni)
eux deux vont prendre cette forme
يَزُوزُونَ (ja.zuː.zuː.na)
ils vont tous prendre cette forme
3e personne du féminin تَزُوزُ (ta.zuː.zu)
elle va prendre cette forme
تَزُوزَانِ (ta.zuː.zaː.ni)
elles deux vont prendre cette forme
يَزُزْنَ (ja.zuz.na)
elles vont toutes prendre cette forme
Inaccompli en a
inaccompli singulier duel pluriel
1re personne أَزْيَزُ (ʔaz.ja.zu)
je vais prendre cette forme
نَزَازُ (na.zaː.zu)
nous allons prendre cette forme
2e personne du masculin تَزَازُ (ta.zaː.zu)
tu (masculin) vas prendre cette forme
تَزَازَانِ (ta.zaː.zaː.ni)
vous deux allez prendre cette forme
تَزَازُونَ (ta.zaː.zuː.na)
vous allez tous prendre cette forme
2e personne du féminin تَزَازِينَ (ta.zaː.ziː.na)
tu (féminin) vas prendre cette forme
تَزَزْنَ (ta.zaz.na)
vous allez toutes prendre cette forme
3e personne du masculin يَزَازُ (ja.zaː.zu)
il va prendre cette forme
يَزَازَانِ (ja.zaː.zaː.ni)
eux deux vont prendre cette forme
يَزَازُونَ (ja.zaː.zuː.na)
ils vont tous prendre cette forme
3e personne du féminin تَزَازُ (ta.zaː.zu)
elle va prendre cette forme
تَزَازَانِ (ta.zaː.zaː.ni)
elles deux vont prendre cette forme
يَزَزْنَ (ja.zaz.na)
elles vont toutes prendre cette forme

Formes passives modifier

Le passif est le même pour les verbes concaves par W et par Y. À l'actif comme au passif, l’infixe alterne entre voyelle centrale longue ou courte, suivant la même logique que pour l’actif.

(Wright p.311) Au passif accompli, la dernière voyelle de l'infixe devient un i et les précédentes un u. Dans le cas des verbes creux, cette transformation est appliquée après la modification de l'infixe, qui ne lui laisse qu'une seule voyelle (longue ou courte) : la voyelle de l'infixe (qui est alors la dernière) est donc transformée en i ou î, suivant ce que le suffixe permet. Ainsi le verbe قَالَ (qâla) (dire), concave par و, fait au passif accompli كِيلَ (kîla) (il a été dit) ; le verbe بَاعَ (bâ3a) (vendre), concave par ي, fait de même بِيرَ (bîra) (il a été vendu).

accompli singulier duel pluriel
1re personne زِزْتُ (ziz.tu)
زِزْنَا (ziz.naː)
2e personne du masculin زِزْتَ (ziz.ta)
زِزْتُمَا (ziz.tu.maː)
زِزْتُمْ (ziz.tum)
2e personne du féminin زِزْتِ (ziz.ti)
زِزْتُنَّ (ziz.tun.na)
3e personne du masculin زِيزَ (ziː.za)
زِيزَا (ziː.zaː)
زِيزُو (ziː.zuː)
3e personne du féminin زِيزَتْ (ziː.zat)
زِيزَتَا (ziː.za.taː)
زِزْنَ (ziz.na)

De même, l’inaccompli passif se déduit de l’actif, en remplaçant la première voyelle (de l’infixe) par un « u », et toutes les autres voyelle de l'infixe par un « a ». Dans le cas des verbes creux, le préfixe portera uniformément un u et l'infixe un a court ou long, suivant ce que permet le suffixe. L’inaccompli de قَالَ (qâla) (dire) est يُقَالُ (yuqâlu) (il sera dit).

inaccompli singulier duel pluriel
1re personne أُزَازُ (ʔu.zaː.zu)
نُزَازُ (nu.zaː.zu)
2e personne du masculin تُزَازُ (tu.zaː.zu)
تُزَازَانِ (tu.zaː.zaː.ni)
تُزَازُونَ (tu.zaː.zuː.na)
2e personne du féminin تُزَازِينَ (tu.zaː.ziː.na)
تُزَزْنَ (tu.zaz.na)
3e personne du masculin يُزَازُ (ju.zaː.zu)
يُزَازَانِ (ju.zaː.zaː.ni)
يُزَازُونَ (ju.zaː.zuː.na)
3e personne du féminin تُزَازُ (tu.zaː.zu)
تُزَازَانِ (tu.zaː.zaː.ni)
يُزَزْنَ (ju.zaz.na)

Autres schèmes de la première forme modifier

  • L'impératif se construit de la même manière que l’inaccompli mais perd sa hamza instable préfixée caractéristique, parce que cette caractéristique étant un alif d'union ne peut se placer que devant une lettre djezmée (ــْـ), et que la 1" radicale des verbes concaves a toujours une voyelle (longue ou courte) à l'impératif, qui se fonde sur l’infixe de l’inaccompli.
  • (S758) Le participe actif, normalement de schème [*Â*i*], remplace la seconde radicale par une hamza pour donner (*Â’i*), et cette hamza ayant pour voyelle un « i » est portée par un Y ; par exemple كَائِن (kâʾin, celui qui est). C’est le même changement que dans la forme (iii), que l’on rencontre aussi après un alif de prolongation.
  • (S759) Le participe passif, normalement de schème [ma**û*-], donne [ma*û*-] pour les verbes en W (u/u ou i/a), ou [ma*î*-] pour les verbes en Y ( i/ ou i/a), en phase avec la seconde radicale. (S760) Cependant certains verbes notamment en Y admettent la forme régulière, par exemple كَيْل (kayl, mesurer) donne مَكِيل ( makîl, forme creuse) ou مَكْيُول (makyûl, forme régulière) pour « mesuré » ; صَانَ (ṣāna, protéger) donne مَصُون (maçûn) ou مَصْوُن (maçwun) le « yû » ne se réduit pas nécessairement en « î » et le « wu » se confondant avec le « û ».
Nom de temps ou de lieu

(Wright §221) Ces noms sont formés sur le radical de l'inaccompli de la première forme, préfixé par مَـ (ma-), la seconde radicale portant un fetha ـَـ (-a-) si l'inaccompli est en a ou en u, et un kesra ـِـ (-i-) si l'inaccompli est en i (avec douze exceptions). Pour les verbes creux en u/u, le schème théorique serait [Ma*Wa*] et la séquence théorique « wa » se transforme en « â » : قَوْل (dire) donne مَقَال (maqâl, parloir / temps de parler). De même pour les verbes en i/a : نَوْم (dormir) donne مَنَام (dortoir / temps de repos). Pour les inaccompli en « i » normalement de schème [Ma*Yi*], la séquence « yi » se transforme en « î » : بيع (vendre) donne مَبِيع (mabî3, lieu / temps de vente).

Nom d'instrument

(Wright §228) Les noms d'instrument se forment sur les schèmes مِزْرَزٌ -mi**a*ũ-, مِزْرَازٌ -mi**â*ũ- ou مِزْرَزَةٌ -mi**a*@ũ- ; ils se distinguent du nom de temps ou de lieu par le préfixe مِـ (mi-). La formation de ces mots pour les racines creuses reste régulière.

Autres formes des verbes creux modifier

Les seconde, troisième, cinquième, sixième et neuvième formes des dérivés du verbe concave sont régulières. On les construit avec un و ou un ي radical. Ainsi la 2ème forme de قال (qal, dire) est قَوَّل (qawwala) ; la 2ème de باع (ba3, vendre) est بَيَّع (bayya3a). Les verbes concaves sont seulement irréguliers aux formes (i), (iv), (vii), (viii) et (x).

(cf Wright p312)

Accompli
(prétérit)
Inaccompli Impératif Nom verbal (principe) Participe actif (agent)
1 act. (*Â*)a / (*u*)Tu Ya (*Û*)u / Ya (*u*)Na (*u*) / (*Û*)Û (*aW*) (*Â’i*)
1 pass (*Î*)a / (*i*)Tu Yu (*Â*)u / Yu (*a*)Na Ma (*Û*)
2 (*aW²a*)a Yu (*aW²i*)u (*aW²i*) Ta (*WÎ*
Ta (*Wi*)at
Mu (*aW²i*)
3 (*ÂWa*)a Yu (*ÂWi*)u (*ÂWi*) (*iWÂ*)
Mu (*ÂWa*)at
Mu (*ÂWi*)
4 ‘a (*Â*)a / ‘a (*a*)Tu Yu (*Î*)u /Yu (*i*)Na ‘a (*i*) / ‘a (*Î*)Û ‘i (*Â*)a Mu (*Î*)
5 Ta (*aW²a*)a YaTa (*aW²a*)u Ta (*aW²a*) Ta (*aW²u*) MuTa (*aW²i*)
6 Ta (*ÂWa*)a YaTa (*ÂWa*)u Ta (*ÂWa*) Ta (*ÂWu*) MuTa (*ÂWi*)
7 ‘iN (*Â*)a / ‘iN (*a*)Tu yaN (*Â*)u / yaN (*a*)Na ‘iN (*a*) / ‘iN (*Â*)Û ‘iN (*iYÂ*) MuN (*Â*)
8 ‘i (*TÂ*)a / ‘i (*Ta*)Tu Ya (*TÂ*)u / Ya (*Ta*)Na ‘i (*Ta*) / ‘i (*TÂ*)Û ‘i (*TiYÂ*) Mu (*TÂ*)
9 ‘i (*Wa*²)a Ya (*Wi*²)u ‘i (*Wi*²) ‘i (*Wi*Â*) Mu (*Wi*²)
10 iSTa (*Â*)a / iSTa (*a*)Tu YaSTa (*Î*)u / YaSTa (*i*)Na ‘iSTa (*i*) / ‘iSTa (*Î*)Û ‘isTi (*Â*) MusTa (*Î*)

(S531, W159) II faut observer, par rapport aux voix passives de la troisième forme et de la sixième forme des verbes concaves dont la seconde radicale est un و, que l’alif caractéristique de ces formes, qui se change au passif en و à cause du dhamma ُ qui le précède, ne doit pas s’unir par un teschdid (ــّـ) avec le و radical qui le suit ; on doit donc écrire قُووِمَ (qûwima, il a été supporté) et non * قُوِّمَ. En effet, le teschdid (ــّـ) traduit le redoublement d'une consonne dont la première instance est sans voyelle ; alors que dans ce cas, le premier و est un signe de prolongation qui ne peut pas porter de soukoun. Si la seconde radicale est un ى, il faut de même conserver distinctement le و et le ى. Ainsi بَايَعَ (bâya3a, il a stipulé) fait à la voix passive بُويِعَ (bûyi3a, il a été stipulé).

(S533) QueIques autres verbes concaves , quoique irréguliers à la première forme , peuvent se conjuguer régulièrement ou irrégulièrement à la quatrième forme ; tels sont رَاحَ (râh, faire quelque chose le soir), غَامَ (Râm, être nébuleux), qui, à la quatrième forme, font indifféremment أَرْوَحَ (‘arwaha) et أَرَاحَ (‘arâha), أَغْيَمْ (‘aRyama) et أَغَامَ (‘aRâma). II en est de même à la dixième forme des verbes dont la deuxième radicale est un و : la plupart sont susceptibles d’être conjugués régulièrement ou irrégulièrement. La conjugaison irrégulière, néanmoins, est la plus généralement usitée, excepté dans un petit nombre de verbes qui suivent presque toujours la conjugaison régulière, comme إِسْتَصْوَبَ (‘istaçwaba, trouver bon, approuver).

Typologie modifier

Formation de l'accompli modifier

À l’accompli, pour les racines saines, la première radicale porte normalement un fatha (ــَـ), la voyelle de la seconde radicale pouvant être variable, suivant que la conjugaison se fait sur le modèle زَرَزَ -*a*a*a-, زَرِزَ -*a*i*a- ou زَرُزَ -*a*u*a- Dans le cas des verbes creux, on a deux types de conjugaison à l'accompli : ceux marqués par l'alternance â/i, et ceux marqués par l'alternance â/u.

Devant un suffixe commençant par une voyelle, la deuxième radicale s’écrit toujours sous la forme d’un alif prolongeant ce fatha. On peut considérer dans ce cas que la seconde radicale faible se limite à être une lettre de prolongation, et ne porte pas de voyelle propre (mais l’équivalent d’un sukûn (ــْـ) implicite). Du fait de ce sukûn implicite, la voyelle de la seconde radicale disparaît.

En revanche, lorsque le suffixe est absent ou commence par une consonne (la troisième radicale porte un sukûn), la seconde radicale ne peut pas être une lettre de prolongation (ce qui conduirait à la situation interdite de deux sukûn de suite).

  • Lorsque la seconde radicale faible est un ي, la voyelle portée par la première radicale est toujours un i.
  • En revanche, lorsque la seconde radicale faible est un و, la voyelle portée par la première radicale peut être généralement un u, mais est parfois un i.

Une manière d'interpréter la chose est que la seconde radicale peut alors laisser une trace à travers sa voyelle homologue, mais que le i est prioritaire sur le u (de même que pour l'écriture de la hamza) : lorsque la seconde radicale faible est un و, la voyelle est un u lorsque le schème est زَرُزَ -*a*u*a-, mais se transforme en i avec زَرِزَ -*a*i*a-.

Une autre interprétation est que les verbes creux peuvent se conjuguer suivant le schème زَرُزَ -*a*u*a- ou زَرِزَ -*a*i*a-, la « seconde radicale » étant avant tout un signe de prolongation : si une prolongation est possible (devant un suffixe commençant par une voyelle), la deuxième voyelle du schème disparaît ; si une prolongation n'est pas possible, c'est le a dont la prolongation est interdite qui disparaît avec la prolongation, laissant le u ou le i du schème comme voyelle, à présent portée par la première radicale.

Formation de l'inaccompli modifier

Pour l'inaccompli, l'infixe des racines saines prend normalement une forme de type [**a*], [**i*] ou [**u*] ; l'unique voyelle de l'infixe est portée par la seconde radicale, et dépend du type de conjugaison. Dans le cas des verbes creux, il y a également trois voyelles possibles, mais la « seconde radicale » n'apparaît pas directement : l'unique voyelle de l'infixe est portée par la première radicale, et est longue lorsque le suffixe de conjugaison le permet.

La voyelle de l'inaccompli n'est que faiblement déterminée par la « consonne faible » de la racine :

  • Pour les verbes creux en ي, la voyelle de l'inaccompli est généralement i, mais peut également être un a (comme زَيْلٌ (zaylũ)) ;
  • Pour les verbes creux en و, la voyelle de l'inaccompli est généralement u, mais peut également être un a (comme نَوْمٌ (nawmũ)).

Il est plus correct, dans ce cas, de considérer que la voyelle de l'inaccompli est déterminée par le schème de conjugaison de la première forme verbale ; la « seconde radicale » n'étant qu'un signe de prolongation portant sur cette voyelle, lorsqu'une telle prolongation est possible.

Caractère « creux » de ces verbes modifier

Il est incorrect de dire que les variations subies par les verbes creux seraient dues à une faiblesse intrinsèque des « consonnes faibles », puisque certains verbes présentant un و ou un ي comme seconde radicale se conjuguent normalement, comme des racines saines.

(Palmer p.63) On peut imaginer que le terme « creux » ou « défectueux » signifie très exactement ça, c'est-à-dire que ces verbes n'ont pas de consonne médianes ou finales ; le hiatus correspondant peut être représenté par une marque d'absence « * » comme on le ferait dans l'écriture ordinaire. Si on assigne ces racines incomplètes à l'une ou l'autre des formes verbales, toute difficulté disparaît.

Ainsi, قَالَ (qâla) (aoriste يَقُولُ (yaqûlu)) est donné par les grammaires comme un verbe dont la consonne médiane est و, conjugué sur le schème زَرَزَ -*a*a*a-u-. Mais si tel est le cas, formellement, la première forme représente un virtuel قَوَلَ (qawala) et l'aoriste un virtuel يَقْوُلُ (yaqwulu). On peut comprendre que la forme inaccomplie conduise à un changement euphonique, mais la forme accomplie ne présente pas de difficulté phonétique particulière, قَوَلَ (qawala) n'est pas plus difficile à articuler que قَبَلَ (qabala).

Si au contraire on considère que la racine est véritablement « creuse », dans le sens défectif du terme, la forme de l'accompli devient قَ٭َلَ (qa*ala) (aoriste يَق٭ُلُ (yaq*ulu)). Il est logique, sous cette forme, que les deux fatha (ـَ) fusionnent en un â long ; et le damma (ـُ) de l'inaccompli, étant sur la pénultinième syllabe, reçoit naturellement l'accent de durée du mot. Ces deux formes s'écrivent alors قَالَ (qâla) et يَقُولُ (yaqûlu) ; et pour cette dernière, on peut interpréter le و comme la seconde radicale de la racine. De même, un verbe creux conjugué sur le schème زَرَزَ -*a*a*a-i-, comme بَاعَ (bâ3a), peut être vu comme la réécriture de بَـ٭َعَ (ba-*a3a) / يَبـ٭ِعَ (yab-*i3a), justifiant que l'on assigne une deuxième radicale en ي dans ce cas.

Mais si la formule de conjugaison pour les verbes creux ne dépend que du groupe de conjugaison auquel il se rattache, les trois formes de conjugaison des verbes creux seraient déterminées ainsi :

  • Les verbes formant l’accompli en â/u et l’inaccompli en û/u correspondraient au schème de conjugaison زَرُزَ -*a*u*a-, dont l'inaccompli et l'inaccompli sont en u ;
  • Les verbes dont l’accompli est en â/i et l’inaccompli en î/i correspondraient au schème de conjugaison زَرِزَ -*a*i*a-i-, dont l'inaccompli et l'inaccompli sont en i ;
  • Les verbes formant l’accompli en â/i et l’inaccompli en â/a correspondraient au schème de conjugaison زَرِزَ -*a*i*a-a-, accompli en i et inaccompli en a.

Si dans les deux premiers cas il paraît naturel de faire apparaître une consonne و ou ي lorsqu'une consonne médiane est nécessaire, en rapport avec la voyelle homologue, il n'y a pas de raison que dans le troisième cas, cette consonne soit tantôt un و et tantôt un ي, sans raison apparente.

Transformations de la seconde radicale faible modifier

Forme théorique Schème exemple Formes en Y Formes en W ref
Forme longue Forme courte Forme longue Forme courte
ـَ٭َـ (-a*a-) زَرَزَ -*a*a*a- ـَاـ (-â-) ـِـ ( -i-) ـَاـ (-â-) ـُـ ( -u-) (Wright §153, §155)
ـَ٭ِـ (-a*i-) زَرِزَ -*a*i*a- ـَاـ (-â-) ـِـ ( -i-) ـَاـ (-â-) ـِـ ( -i-) (Wright §153, §155)
ـَ٭ِيـ (-a*î-) زَرِيزٌ -*a*î*ũ- ـَايِـ (-âyi-) ـَايِـ (-âyi-) (?)
ـَ٭ِّيـ (-a*²î-) زَرِّزٌ -*a*²i*ũ- ـَايِـ (-âyi-) ـَيِّـ (-ay²i-) (?) (pas au participe actif de la forme (ii)
ـَ٭ُـ (-a*u-) زَرُزَ -*a*u*a- ـَاـ (-â-) ـِـ ( -i-) ـَاـ (-â-) ـُـ ( -u-) (Wright §153, §155)
ـَا٭ِـ (-â*i-) زَارِزٌ -*â*i*ũ- ـَايِـ (-âyi-) ـَائِـ (-â'i-) nom d'agent forme 1 uniquement (?)
ـَا٭ِـ (-â*i-) زَارِزَةٌ -*â*i*@ũ- ـَايِـ (-âyi-) ـَاوِـ (-âwi-) sauf nom d'agent forme 1 (?)
ـَ٭ْـ (-a*°-) زَرْزٌ -*a**ũ- ـَيـ (-ay-) ـَوـ (-aw-) (Wright §208)
ـِ٭َاـ (-i*â-) زِرَازٌ -*i*â*ũ- ـِيَاـ (-iyâ-) ـِيَاـ (-iyâ-) (Wright §209) sauf nom verbal de la forme iv
ـِ٭َاـ (-i*â-) زِرَازٌ -*i*â*ũ- ـِيَاـ (-iyâ-) ـِوَاـ (-iwâ-) lorsque زِرَازٌ -*i*â*ũ- est le nom verbal de la forme iv
ـِ٭ْـ (-i*°-) زِرْزٌ -*i**ũ- ـِيـ (-î-) ـِيـ (-î-) (?)
ـُ٭ِـ (-u*i-) زُرِزَ -*u*i*a- ـِيـ (-î-) ـِـ ( -i-) ـِيـ (-î-) ـُـ ( -u-) (Wright §154, §156)
ـُ٭ُوـ (-u*û-) زُرُوزٌ -*u*û*ũ- ـُيُوـ (-uyû-) ـُؤُوـ (-u'û-) ou régulier en ـُوُوـ (-uwû-)
ـْ٭َـ (-°*a-) يَزْرَزَ -ya**a*a- ـَاـ (-â-) ـَـ ( -a-) ـَاـ (-â-) ـَـ ( -a-) (Wright §150, §151)
ـْ٭َاـ (-°*â-) مِزْرَازٌ -mi**â*ũ- ـَاـ (-â-) ـَاـ (-â-) Quelques exceptions en ـيَاـ (-yâ-), cf {{ar-kwn}}
ـْ٭ِـ (-°*i-) مَزْرِزٌ -ma**i*ũ- ـِيـ (-î-) ـِيـ (-î-) (Wright §208)
ـْ٭ِـ (-°*i-) يَزْرِزَ -ya**i*a- ـِيـ (-î-) ـِـ ( -i-) ـِيـ (-î-) ـِـ ( -i-) (Wright §150, §151)
ـْ٭ُـ (-°*u-) يَزْرُزَ -ya**u*a- ـُوـ (-û-) ـُـ ( -u-) ـُوـ (-û-) ـُـ ( -u-) (Wright §150, §151)
ـْ٭ُوـ (-°*û-) مَزْرُوزٌ -ma**û*ũ- ـِيـ (-î-) ـُوـ (-û-)

(Wright §152) Il faut noter que dans ces transformations, la première radicale qui n'avait normalement pas de voyelle pour un schème donné se retrouve alors dotée de la voyelle normalement portée par la seconde radicale. De ce fait, l'impératif de la première forme perd sa voyelle prosthétique et la hamza mobile qui la porte.

(Wright §211) Devant un â long, dans les noms verbaux de la forme iv et la forme x, l'infixe est formé suivant ces règles, et ces mots reçoivent de plus la terminaison ـَةٌ (-@ũ). Le schème إِزْرَازٌ -**â*ũ- se transforme donc en زَازَةٌ -*â3@ũ-, et le schème إِسْتِزْرَازٌ -sti**â*ũ- devient إِسْتِزَازَةٌ -sti*â3@ũ-.

Quatre types et trois conjugaisons de verbes creux modifier

(Wright §157) Dans la forme (i), la plupart des verbes creux en ي font leur inaccompli en kesra (ـِ), et ceux en و font leur inaccompli en damma (ـُ). Mais quelques verbes conjugués sur le modèle زَرِزَ -*a*i*a- font leur inaccompli avec un fatha (ـَ). Bien qu'il puisse y avoir deux voyelles possibles pour l'accompli et trois pour l'inaccompli, il n'y a au final que trois combinaisons possibles :

  • L’accompli est en â/u et l’inaccompli en û/u, de type كَوْنٌ (kawnũ) (être). Ces verbes sont toujours de seconde radicale و.Une centaine de verbes.
    • آبَ (ʾâba, retourner) ; بَاءَ (bâʾa, revenir) ; بَاحَ (bâḥa, divulguer) ; بَارَ (bâra, se perdre) ; بَاسَ (bâsa, donner la bise) ; بَالَ (bâla, pisser) ; تَابَ (tâba, renoncer) ; تَاهَ (tâha, se perdre) ; ثَارَ (ṯâra, se soulever) ; جَابَ (jâba, traverser) ; جَارَ (jâra, dévier) ; جَازَ (jâza, passer par) ; جَاعَ (jâʿa, être affamé) ; حَاطَ (ḥâṭa, protéger) ; حَاكَ (ḥâka, coudre) ; حَالَ (ḥâla, être transformé) ; خَانَ (ḵâna, tricher) ; دَارَ (dâra, tourner autour) ; دَامَ (dâma, supporter, durer) ; ذَابَ (ḏâba, goûter) ; رَابَ (râba, coaguler) ; رَاحَ (râḥa, partir) ; رَاغَ (râḡa, dévier) ; رَامَ (râma, aspirer à) ; زَارَ (zâra, rendre visite) ; زَارَ (zâra, se retirer) ; سَاءَ (sâʾa, déplaire) ; سَاقَ (sâqa, conduire) ; شَاقَ (šâqa, plaire) ; صَامَ (ṣâma, jeûner) ; صَانَ (ṣâna, protéger) ; ضَاءَ (ḍâʾa, briller) ; طَاعَ (ṭâʿa, obéir) ; طَافَ (ṭâfa, circuler autour) ; طَالَ (ṭâla, durer longtemps) ; عَادَ (ʿâda, devenir, retourner) ; فَاتَ (fâta, échapper) ; فَارَ (fâra, déborder) ; فَازَ (fâza, gagner) ; قَادَ (qâda, mener) ; قَالَ (qâla, raconter) ; قَامَ (qâma, se lever) ; كَانَ (kâna, être, exister) ; لَاحَ (lâḥa, devenir visible) ; لَامَ (lâma, blâmer) ; مَاتَ (mâta, mourir) ; مَاهَ (mâha, mélanger) ; هَادَ (hâda, être juif) ; هَالَ (hâla, effrayer) ;
  • L’accompli est en â/i et l’inaccompli en î/i, de type زَيْدٌ (zaydũ) (accroître). Ces verbes sont toujours de seconde radicale ي.
    • آضَ (ʾâḍa, s’en retourner) ; بَاتَ (bâta, passer la nuit qq part) ; بَاعَ (bâʿa, vendre) ; بَانَ (bâna, être séparé) ; جَاءَ (jâʾa, venir) ; دَانَ (dâna, être en dette) ; رَابَ (râba, rendre suspect) ; رَانَ (râna, prendre possession de) ; زَادَ (zâda, accroître) ; زَاغَ (zâḡa, dévier) ; زَانَ (zâna, décorer) ; سَاحَ (sâḥa, s’écouler) ; سَارَ (sâra, voyager) ; سَالَ (sâla, s’écouler) ; شَاخَ (šâḵa, devenir vieux) ; شَاطَ (šâṭa, un peu brûler) ; شَاعَ (šâʿa, se répandre) ; صَاحَ (ṣâḥa, crier) ; صَارَ (ṣâra, devenir) ; صَادَ (ṣâda, attraper) ; ضَاعَ (ḍâʿa, être perdu) ; ضَافَ (ḍâfa, rester en visite) ; ضَاقَ (ḍâqa, étroit) ; طَابَ (ṭâba, être convenable) ; طَارَ (ṭâra, s’envoler) ; عَارَ (ʿâra, errer) ; عَاشَ (ʿâša, vivre) ; غَابَ (ḡâba, disparaître) ; فَاضَ (fâḍa, déborder) ; قَاءَ (qâʾa, vomir) ; قَاسَ (qâsa, mesurer) ; قَالَ (qâla, faire la sieste) ; لَاقَ (lâqa, être bien garni) ; مَالَ (mâla, pencher) ; نَاكَ (nâka, copuler) ;
  • L’accompli est en â/i et l’inaccompli en â/a, de type نَوْمٌ (nawmũ) (dormir). Ces verbes peuvent être de seconde radicale ي ou و.
    • W en i/a : [*i*Tu] / [Ya*â*u] : خَافَ (ḵâfa, craindre) ; كَادَ (kâda, être sur le point de) ; نَامَ (nâma, dormir) ;
    • Y en i/a : زَالَ (zâla, continuer à faire) ; شَاءَ (šâʾa, avoir l’intention de faire) ; شَابَ (šâba, blanchir d’âge) ; غَارَ (ḡâra, être jaloux) ; نَالَ (nâla, obtenir) ; هَابَ (hâba, être effrayé de) ;

Les verbes creux peuvent être de plus défectueux :

  • WY en i/a : سَوِيَ (sawiya, égaler) ; قَوِيَ (qawiya, être fort) ;
  • YY en i/a : حَيَّ (ḥayya, vivre).
  • WY en a/i : أَوَى (ʾawâ, donner l’hospitalité) ; دَوَى (dawâ, bourdonner) ; رَوَى (rawâ, réciter de mémoire) ; زَوَى (zawâ, cacher) ; شَوَى (šawâ, frire) ; نَوَى (nawâ, penser) ;

Certains verbes « creux » se conjuguent sur un modèle réguliers :

  • W en a/u régulier ; [*wa*Tu] / [Ya*wu*u] : خَوِرَ (ḵawira, s’affaiblir) ; نَوَشَ (nawaša, agripper) ;
  • W en i/a régulier : جَوِفَ (jawifa, être creux) ; حَوِلَ (ḥawila, loucher) ; خَوِصَ (ḵawiṣa, avoir les yeux enfoncés dans la tête) ; صَوِفَ (ṣawifa, faire de la laine) ; عَوِرَ (ʿawira, devenir borgne) ; قَوِسَ (qawisa, se courber) ; لَوِثَ (lawiṯa, procrastiner) ;
  • Y en i/a régulier : غَيِدَ (ḡayida, marcher gracieusement) ; لَيِسَ (layisa, être brave) ; هَيِفَ (hayifa, être svelte).

Bien que les alternances de voyelles u/u, i/a et i/i entre accompli et inaccompli soient des sous-ensembles de celles du verbe régulier, les voyelles des verbes creux ne correspondent pas à la même fonction sémantique : les verbes réguliers en « u » sont toujours intransitifs, ce qui n’est pas le cas des verbes creux en « W ».

Voir aussi modifier