FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Existe déjà sous la forme Argonna en latin médiéval. (Vers 1100) Argone.

Nom propre Modifier

Nom propre
Argonne
\aʁ.ɡɔn\

Argonne \aʁ.ɡɔn\ féminin

  1. (Géographie) (Toponymie) Région montueuse et forestière aux limites des départements français des Ardennes, de la Marne et de la Meuse.
    • Les sables verts et la gaize présentent aussi de belles forêts. La forêt d’Argonne croît sur cette dernière roche. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 159)
    • Dumouriez s’était rendu en toute hâte dans l’Argonne, et, arrivé à Sedan, avait ranimé le courage des soldats. D’un coup d’œil il comprit qu’en gardant les défilés de la forêt de l’Argonne il couvrirait Châlons et Reims. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Ce sont des mots qui appartiennent particulièrement au vocabulaire de l’Argonne et qui n'ont pour la plupart aucun équivalent précis dans la langue française courante: type, "togearde", "atuyo", "encarnager" , etc. — (Jean Babin, Les parlers de l'Argonne, thèse principale pour le doctorat ès-lettres présentée à la faculté des lettres de l'université de Paris, Klincksieck, 1954, p. 36)
    • Les Français qui étaient sortis de l’Argonne, avaient occupé la colline de Valmy d’où ils canonnèrent les Prussiens. — (Guy Cabourdin, Yves Burnand, Encyclopédie illustrée de la Lorraine : Histoire de la Lorraine, vol. 2, 1992, p. 30)
  2. (Histoire) Bataille qui s’y déroula durant la Première Guerre mondiale.
    • Décoré trois fois sur le champ de bataille. L’Argonne… Château-Thierry… la Somme… trépané… quatorze mois d’hôpital du côté de Paris […] — (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Depuis l’Argonne de 1914, le chant d’abeilles des balles s’est inscrit dans mes circonvolutions cérébrales comme, dans la cire d’un disque, un refrain prêt à jouer dès le premier tour de manivelle […] — (Marc Bloch, L’Étrange défaite : La déposition d’un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, p. 86)

Gentilés et adjectifs correspondantsModifier

DérivésModifier

Voir aussiModifier