FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
La maison d’édition tire son nom de Pierre Larousse (1817-1875), et le dictionnaire de la maison d’édition.

Nom de famille Modifier

Invariable
Larousse
\la.ʁus\

Larousse \la.ʁus\ masculin et féminin identiques

  1. Nom de famille français.
    • A consulter leur acte de mariage à l'état civil de leur mairie, on voit bien qu'aucun membre de la famille Larousse n'était présent ce jour-là, et que les filles de Pauline Soulignat, Antonine Jury (Mme Georges Moreau depuis le 8 mai 1877) et Laurence Jury (Mme Claude Augé depuis juin 1880) avaient également boudé cette cérémonie qui avait eu le don d'irriter Pauline Caubel. — (Jean-Yves Mollier & Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, Librairie Arthème Fayard, 2012)

DérivésModifier

Nom propre Modifier

Invariable
Larousse
\la.ʁus\

Larousse \la.ʁus\

  1. Maison d’édition française.
    • La conviction que les savoirs et notamment le lexique peuvent prioritairement passer par l'illustration va connaître un point fort avec A. Pinloche et le dictionnaire qu'il publie chez Larousse dans cette perspective. — (Pierre Larousse et la pédagogie : actes du colloque international de l'Association Pierre Larousse, sous la direction de Micheline Guilpain-Giraud, mai 2006, Association Pierre Larousse, Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 193)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Larousse Larousses
\la.ʁus\
 
Logotype du Larousse par Eugène Grasset en 1890.

Larousse \la.ʁus\ masculin

  1. Dictionnaire alphabétique de langue française publié par la maison d’édition Larousse.
    • D’ailleurs il a pas mal lu, Nastase ; autrefois, avec Totome, ils passaient des soirées et des veillées à chercher des mots chics dans le petit Larousse ; […]. — (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai songé à vous envoyer mon dictionnaire Larousse. J’en suis dégoûté ; il est plein d’erreurs, qui telles quelles, pourtant, pourraient encore suffire à votre instruction. Mais peut-être que ça ne vous amuse pas beaucoup, le dictionnaire Larousse ? Préférez-vous le Moreri ? Non plus ; quoi alors ? — (Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922)
    • On disait aussi : « Ce petit a la soif de s’instruire ; il dévore le Larousse ! » et je laissais dire. Mais je ne m’instruisais guère : j’avais découvert que le dictionnaire contenait des résumés de pièces et de romans ; je m’en délectais. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 63)
    • D’une autre essence furent mes rencontres avec les pages bistre et glacées du Larousse en dix volumes. À sept, huit ans, les raisons objectives de me plonger dans ce mausolée du savoir, relié de vert sombre et de marron triste, étaient plutôt ténues. — (Philippe Delerm, Le trottoir au soleil, Gallimard, 2011, collection Folio, page 108)
    • Longtemps son acquisition a été regardée comme un événement : on n’achetait d’ailleurs pas un “dictionnaire”, mais un “Larousse.— (Jean-Yves Mollier, ‎Bruno Dubot, Histoire de la librairie Larousse, 2012)
    • Plus fière et plus anoblissante encore que les programmes imposés par la banalité officielle par les Larousses de tout acabit, enfin par cet hommage instinctif et timide rendu à l'idée courante par le matérialisme barbare et bourgeois. — (Quaerens, « La Prière », dans L'Initiation : cahiers de documentation ésotérique traditionnelle, vol. 15, Paris, 1892, p. 222)

NotesModifier

Comme tout nom d’œuvre, le mot peut s’écrire en italique.

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • Larousse sur l’encyclopédie Wikipédia