Étymologie

modifier
Du moyen haut-allemand magt, du vieux haut allemand magat, jeune fille, servante, du proto-germanique *magaþi (même sens), de l’indo-européen commun *maghoti- (« féminité » ?), peut-être lié à la même racine indo-européenne que Mutter, mère, mother etc.[1]. Le mot moderne est suivi du diminutif -chen, qui explique d’ailleurs le genre neutre du mot.

Nom commun

modifier
Cas Singulier Pluriel
Nominatif das Mädchen
\ˈmɛːtçən\
die Mädchen
\ˈmɛːtçən\
Accusatif das Mädchen
\ˈmɛːtçən\
die Mädchen
\ˈmɛːtçən\
Génitif des Mädchens
\ˈmɛːtçəns\
der Mädchen
\ˈmɛːtçən\
Datif dem Mädchen
\ˈmɛːtçən\
den Mädchen
\ˈmɛːtçən\

Mädchen \ˈmɛːtçən\, \ˈmeːtçən\ neutre

  1. Jeune fille.
    • Das Mädchen mit den Schwefelhölzern.
      La petite fille aux allumettes.
    • Das Mädchen ist ein bisschen müde.
      La fille est un peu fatiguée.
    • So wird zum Beispiel gesagt, das kleine Mädchen schäme sich, mit nacktem Hinterteil im Hocken zu urinieren: was aber ist Scham? — (Simone de Beauvoir, traduit par Uli Aumüller et Grete Osterwald, Das andere Geschlecht, Rowohlt Verlag, 1992)
      Par exemple, on nous dit que la fillette a honte d’uriner accroupie, les fesses nues : mais qu’est-ce que la honte ?
  2. Jeune femme.
    • Es beginnt auf der Tanzfläche im Freien. Gorkun fordert ein Mädchen auf. Das Mädchen, eine Rothaarige mit großem Busen und Blümchenkleid, lehnt ab, denn Gorkun stinkt wirklich widerlich nach Alkohol und sieht aus wie das, was er ist: ein Zek, wie man Sträflinge auf russisch nennt. — (Emmanuel Carrère, traduit par Claudia Hamm, Limonow, MSB Matthes & Seitz Berlin Verlagsgesellschaft, Berlin, 2012)
      Ça commence sur la piste de danse, en plein air. Gorkoun invite une fille à danser. La fille, une rouquine à gros seins et robe à fleurs, refuse parce que Gorkoun pue vraiment trop l’alcool et qu’il a l’air de ce qu’il est : un zek, comme on appelle en russe les bagnards.
  • À ne pas confondre avec Tochter qui signifie « fille » au sens de « descendante » opposé à Sohn « fils ».
  • Puisque Mädchen est un nom grammaticalement neutre, tous les déterminants, pronoms et adjectifs précédents sont à la forme neutre : ein kleines Mädchen (« une petite fille »). Cette règle est suivie dans tous les registres de l’allemand.
  • Il y a plus de variation concernant les pronoms référant à Mädchen. Ceux-ci sont généralement neutres à l’intérieur de la même phrase : Das Mädchen, das eben hier war, hat seine Tasche vergessen. – « La fille qui était juste ici a oublié son sac. » (Mais la forme féminine ihre serait acceptable dans un usage familier.) Il est cependant très commun d’utiliser des pronoms féminins dans les phrases suivantes : Siehst du das Mädchen, das da steht? Kennst du die/sie? – « Est-ce que tu vois la fille qui [neutre] se tient là-bas ? Est-ce que tu la [féminin] connais ? » (Mais le pronom neutre es serait acceptable dans un registre littéraire.)

Antonymes

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Gerhard Koebler, DER M