LatinModifier

ÉtymologieModifier

Selon Romain Charrier[1], il est possible de rattacher le mot « à une racine celtique *nant correspondant à la notion de cours d’eau, ou de vallées, peut-être d’origine pré-celtique, que l’on retrouve aussi dans le nom de localités comme Nant, Nantua ».

Nom propre Modifier

Cas Pluriel
Nominatif Namnetēs
Vocatif Namnetēs
Accusatif Namnetēs
Génitif Namnetum
Datif Namnetibus
Ablatif Namnetibus

Namnetes masculin pluriel \Prononciation ?\

  1. (Antiquité) Namnètes, peuple gaulois de la région de Nantes.
    • Lugdunensis Gallia habet Lexovios, Veliocasses, Caletos, Venetos, Abrincatuos, Ossismos, flumen clarum Ligerem, sed paeninsulam spectatiorem excurrentem in oceanum a fine Ossismorum circuitu DCXXV, cervice in latitudinem CXXV. ultra eum Namnetes, intus autem Aedui foederati, Carnuteni foederati, Boi, Senones, Aulerci qui cognominantur Eburovices et qui Cenomani, Meldi liberi, Parisi, Tricasses, Andecavi, Viducasses, Bodiocasses, Venelli, Coriosvelites, Diablinti, Riedones, Turones, Atesui, Segusiavi liberi, in quorum agro colonia Lugudunum. — (Pline, Naturalis Historia, Livre IV)
      La Gaule Lyonnaise renferme les Lexoviens, les Vellocasses, les Gallètes, les Vénètes, les Abrincatuens, les Osismiens; la Loire, fleuve célèbre ; une péninsule remarquable qui s’avance dans l’Océan, à partir des Osisiens, dont le tour est de 625.000 pas, et dont le col a 125.000 pas de large ; au delà de cette péninsule, les Nannètes; dans l’intérieur, les Héduens, alliés, les Carnutes, alliés, les Boïens, les Sénons, les Aulerques, surnommés Éburoviques, et ceux qui sont surnommés Cénomans; les Meldes, libres; les Parisiens, les Trécasses, les Andegaves, les Viducasses, les Bodiocasses, les Unelles, les Cariosvélites, les Diablindes, les Rhédons, les Turons, les Atésuens, les Segusiaves, libres, dans le territoire desquels est Lyon, colonie.

HyperonymesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier