Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’italien Napoleone.

Prénom Modifier

Invariable
Napoléon
\na.pɔ.le.ɔ̃\

Napoléon \na.pɔ.le.ɔ̃\ masculin

  1. Prénom masculin.
    • Et tout ça pour faire savoir au lecteur que Napoléon Hayard, par sa vie, était à même de parler et de connaître l’argot moderne. — (Napoléon Hayard, Dictionnaire Argot-Français, Paris, La Maison Hayard, 1907, page 7)

Nom propre Modifier

Singulier Pluriel
Napoléon Napoléons
\na.pɔ.le.ɔ̃\

Napoléon \na.pɔ.le.ɔ̃\ masculin

  1. (Histoire) Napoléon Ier, empereur des Français lors du Premier Empire.
    • Déjà existe dans l’imagination des peuples un type convenu de Napoléon, qui commence à ne lui pas ressembler beaucoup, et lui ressemblera moins de jour en jour. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, La Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • Ton Napoléon ne me fait pas peur ; il a commencé par nous empêcher de parler, pour faire ce qu’il voudrait… mais tout cela va finir !… — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Le cabo­tinage était poussé par Murat jusqu’au grotesque, et les historiens n’ont pas assez remarqué quelle responsabilité incombe à Napoléon dans cette dégénérescence du véritable esprit guerrier. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 359)
    • Mais lui, qu’est-ce qu’il a dans sa caboche ?… Des balivernes sur Napoléon, sur Alexandre, sur sa glorieuse dynastie, sur Son Altesse, sur Dieu, sur le roi David et tout le tralala ! — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 352 de l’éd. de 1921)
  2. (Histoire) Napoléon III, président français puis empereur lors du Second Empire.
    • Quand Napoléon III fut empoigné à Boulogne pour avoir donné une seconde représentation du débarquement à Cannes, on le jeta au cachot et on l'emmena à Paris sans lui donner le temps de changer de chemise. — (Arsène Houssaye, Les Confessions, tome IV : Souvenirs d'un demi-siècle 1830-1880, tome 4, Paris : chez E. Dentu, 1885-1891, chap. 4)
    • Étonnez-vous donc, après tout ça, que les Évêques aient chanté le Te Deum pour Napoléon III ; l’homme couvert de sang ne leur déplaît pas ; c’est peut-être même à cela qu’ils reconnaissent le favori de Dieu. — (Émile Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, p. 132)
  3. (Au pluriel) Ces deux empereurs français.
    • La Revanche de Waterloo. Les Napoléons et l’Angleterre. — (Charles Romey, 1861)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier