Voir aussi : parisien

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de Paris avec le suffixe -ien.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Parisien Parisiens
\pa.ʁi.zjɛ̃\
 
Des Parisiens dans le métro, visiblement à l'heure de pointe.

Parisien \pa.ʁi.zjɛ̃\ masculin (pour une personne de sexe féminin, on dit Parisienne)

  1. (Géographie) Habitant ou personne originaire de Paris, capitale de la France.
    • […] il me semble n’y avoir vu encore que des visages effarouchés ou rébarbatifs. Peut-être aussi les Parisiens ont-ils peur de l’orage. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Non, Madame, non ! C’est un Parisien de Monaco, — l’espèce abonde ! — (Edmond Gondinet, Un Parisien, éditeur Calmann Lévy, 1887)
    • […] le gros marchand russe y fraternise avec le Lyonnais ou le Parisien établi à Moscou ou à Saint-Pétersbourg. — (Montémont, Histoire universelle des voyages, éditeur Bry aîné, 1852)
    • Toi, te voilà comme le pou sur ses pieds de derrière parce que tu as épousé un Parisien. Et quand je dis un Parisien… Les vrais Parisiens d’origine ont moins de caractère dans la physionomie. On dirait que Paris les efface ! — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 7)
    • Il commença la conversation sur un ton de politesse et de bonne humeur, comme quelqu’un que tous connaissent. Il admira bientôt des trous d’obus encore frais ; il regarda en l’air et conclut qu’il pourrait bien nous en tomber d’autres. Tout à fait comme un Parisien à la mer. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, page 19)
    • La plupart des Parisiens rencontrés au fil des archives criminelles se déplacent en effet à pied, et crotter ses vêtements n'est pas le pire qui puisse arriver au piéton lors de ses déplacements. — (Diane Roussel, Violences et passions dans le Paris de la Renaissance, Seyssel : chez Champ vallon, 2012, chapitre 1, part. 2)
  2. (Par extension) Personne habitante ou originaire de la banlieue parisienne.
    • En tant que Parisien — de banlieue, bien entendu (Sourires) — je souhaite cet équilibre nécessaire entre Paris et la province. — (Sénat, Journal officiel de la République française, Imprimerie des Journaux officiels, 1968)
    • Il y a encore cinquante ans, au moment de l’élaboration de la politique agricole commune, un paysan du Berry ou de Provence avait une vision du monde et de la vie très différente de celle d’un Parisien de banlieue ou d’un Italien de Rome. — (Collection Mutations, Éditions Autrement, 2000)
  3. (Par extension) Personne venant d'une région étrangère à celle où l'on habite.
    • Ceux qui sont pour nous, en bloc, des « Parisiens », ont moqué nos ossuaires, des « granges à os » (mais, pour être tout à fait équitable, il faut dire que les Bretons eux-mêmes les nomment « craou an eskern », des « crèches à os »). — (Mona Ozouf, Composition française, Gallimard, 2009, collection Folio, pages 98-99)

NotesModifier

Ce mot est un gentilé : il désigne les habitants d’un lieu, les personnes qui en sont originaires ou qui le représentent (par exemple, les membres d’une équipe sportive).

SynonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier