Saint-Siège

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) → voir saint et siège, ce dernier étant en particulier celui de l'évêque. De par la prééminence de l'évêché de Rome sur les autres le « Saint-Siège » désigne le Vatican.

Nom propre Modifier

Saint-Siège \sɛ̃.sjɛʒ\ masculin

  1. Gouvernement du Vatican.
    • Le khalife almohade fit prêcher le djehad en Espagne et en Afrique, tandis que le grand pape Innocent III, fidèle aux traditions du saint-siége [sic], pacifiait les princes chrétiens et annonçait de son côté la croisade […] — (Léon Godard, Description et histoire du Maroc, vol. 1, Ch. Tanera, Paris, 1860, p. 337)
    • Il y déclare en effet, avec les docteurs gallicans, que l’Église primitive ne reconnaissait nullement la suprématie et l’infaillibilité du Saint-Siège, et que ces doctrines ultramontaines constituent des nouveautés dangereuses, exclusivement fondées sur les fausses décrétales. — (Stéphen Leroy, « L’Assemblée du district de Sedan et son bureau intermédiaire », dans La Révolution française : revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 24, Société de l’histoire de la Révolution française, Paris, 1893, p. 532)
  2. (Par métonymie) La Cour de Rome.

NotesModifier

Un des rares pays à finale en -e qui soit masculin. Les autres sont le Belize, le Cambodge, le Mexique, le Mozambique, le Suriname et le Zimbabwe.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier