Différences entre les versions de « colifichet »

48 octets supprimés ,  il y a 4 ans
→‎{{S|nom|fr}} : sens en double
(Ajout d'une citation)
(→‎{{S|nom|fr}} : sens en double)
# {{menuiserie|fr}} Colifichet - Petit [[panneau]] triangulaire qui, dans une [[feuille de parquet]], est assemblé sur chacun des quatre côtés de la [[feuille]], entre les pièces d'[[onglet]] et le [[bâti]].
# Sorte de [[pâtisserie]] [[sèche]] et [[très]] [[légère]], fait [[sans]] [[beurre]] et sans [[sel]], que l'on [[donner|donne]] à [[manger]] aux [[oiseau]]x [[tenir|tenus]] en [[cage]].
#* ''Mme Verdurin, juchée sur son perchoir, pareille à un oiseau dont on eût trempé le '''colifichet''' dans du vin chaud, sanglotait d’amabilité.'' {{source|{{nom w pc|Marcel|Proust}}, ''{{w|À la recherche du temps perdu}}'', ''{{w|Du côté de chez Swann}}'', 1913, {{w|Éditions Gallimard}}, Folio n°1924, 1987, page 202}}
#* ''La nourriture ordinaire des serins est du millet, de la navette qu’on leur mêle également  ; on suspend aussi dans leur cage une sorte de pâtisserie qu’on appelle '''colifichet'''.'' {{source|{{nom w pc|Denis|Diderot}} et {{nom w pc|Jean|le Rond D'Alembert}}, ''{{w|Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers|Encyclopédie méthodique|}}'', 1784, tome 2, page 440}}
# [[machine|Machine]] dont se [[servaient]] [[autrefois]] les [[ajusteur]]s pour [[réduire]] la [[monnaie]] au [[poids]] [[égal]].
# {{musique|fr}} [[passages|Passages]] [[trop]] [[fréquent]]s qui [[présentent]] une trop [[grand]]e [[variété]] de [[son]]s, tels que la broderie et les roulades, qui étonnent l'oreille sans plaire à l'esprit, sans toucher le cœur, comme le chant simple, pur et tendre.
#* ''Les gri-gris, talismans et autres '''colifichets''' ne portent bonheur qu’à ceux qui y croient.''
#* ''Mais quant à ce que je te donne, je ne veux pas que des écus si péniblement ensachés s’en aillent en carrosses ou en '''colifichets'''.'' {{source|{{w|Honoré de Balzac}}, ''{{w|La Maison du chat-qui-pelote}}'', 1829}}
# Gâteau léger que l’on donne aux oiseaux.
#* ''Mme Verdurin, juchée sur son perchoir, pareille à un oiseau dont on eût trempé le '''colifichet''' dans du vin chaud, sanglotait d’amabilité.'' {{source|{{nom w pc|Marcel|Proust}}, ''{{w|À la recherche du temps perdu}}'', ''{{w|Du côté de chez Swann}}'', 1913, {{w|Éditions Gallimard}}, Folio n°1924, 1987, page 202}}
#* ''La nourriture ordinaire des serins est du millet, de la navette qu’on leur mêle également ; on suspend aussi dans leur cage une sorte de pâtisserie qu’on appelle '''colifichet'''.'' {{source|{{nom w pc|Denis|Diderot}} et {{nom w pc|Jean|le Rond D'Alembert}}, ''{{w|Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers|Encyclopédie méthodique|}}'', 1784, tome 2, page 440}}
 
=== {{S|références}} ===