Différences entre les versions de « س ل م »

665 octets ajoutés ,  il y a 2 ans
slm / clm :
* Vient probablement de l’assyrien ''salāmu'' (être en bonne relation avec) ou ''salīmu'' (paix, amitié).
* De même origine, voir l'assyrien ''šalāmu'' (être en bon état). Comparer avec l'hébreux [[שלום]] (šalom).
L'idée de « paix » dans la racine ''{{Arab|{{ar-racine/page|ar-slm}}}}'' comporte toujours une violence implicite.
* Comparer avec l'hébreux [[שלום]] (šalom).
* Rester en bon état c'est aussi savoir abandonner à temps, d'où {{ar-mot|aslama}} prenant le sens de se conserver / abandonner / trahir, et {{ar-mot|salamũ}} se livrer : la paix consiste à se soumettre à la raison du plus fort.
L'idée d'une morsure de serpent ({{ar-mot|salama}}) ne paraît pas être primitive, et doit donc être comprise comme un sens dérivé propre au monde arabe.
* À partir de la sémantique initiale de paix et d'absence de violence, l'idée d'une morsure de serpent ({{ar-mot|salama}}) ne paraît pas être primitive, et doit donc être comprise comme un sens dérivé propre au monde arabe. L'image est probablement celle du serpent qui mord sans que l'on puisse y opposer quoi que ce soit : celui qui est piqué par un serpent devient normalement {{ar-mot|muslimũ}} = qui se résigne nécessairement à son sort ; peut-être parce que par ailleurs il est abandonné ({{ar-mot|aslama}}) à son sort, permettant au reste du groupe de rester sain ({{ar-mot|sâlimũ}}).
 
* Il est très rare dans les filiations étymologiques qu'un terme passe d'un sens abstrait à un sens concret : c'est plutôt l'inverse qui est naturel. Le fait que le terme a été utilisé pour décrire les convertis à l'[[islam]] montre au contrairetraduit une liaison sémantique inverse : l'islam (fondamentalement, une soumission - à la volonté d'[[allahAllah]]) est décrit étymologiquement comme une morsure qui va contraindre les victimes à se résigner ; d'où l'image du serpent qui mord sans que l'on puisse y opposer quoi que ce soit.
L'image est probablement, à partir de la sémantique initiale de paix et d'absence de violence, que celui qui est piqué par un serpent devient normalement {{ar-mot|muslimũ}} = qui se résigne nécessairement à son sort ; mais il est très rare dans les filiations étymologiques qu'un terme passe d'un sens abstrait à un sens concret : c'est plutôt l'inverse qui est généralement naturel.
* La résignation initiale comporte également une espérance, celle du [[paradis]], d'où dans le domaine commercial {{ar-mot|salamũ}}, l'idée de se résigner à payer d'avance ce qui sera livré plus tard.
 
Le fait que le terme a été utilisé pour décrire les convertis à l'[[islam]] montre au contraire une liaison sémantique inverse : l'islam (fondamentalement, une soumission - à la volonté d'[[allah]]) est décrit étymologiquement comme une morsure qui va contraindre les victimes à se résigner ; d'où l'image du serpent qui mord sans que l'on puisse y opposer quoi que ce soit.
 
=== {{S|radical|ar}} ===