Différences entre versions de « faire dresser les cheveux »

({{nom w pc|François de Salignac de La Mothe-|'=oui|Fénelon|Fénelon}}, ''{{w|Les Aventures de Télémaque (Fénelon)|Les Aventures de Télémaque}}'')
 
=== {{S|verbe|fr}} ===
'''faire dresser les cheveux''' {{pron|fɛʁ dʁɛ.se lɛ ʃə.vø|fr}} {{voir-conj|faire}}
# {{figuré|fr}} Faire [[horreur]] ; [[susciter]] la [[colère]], l’[[indignation]] ou la [[stupéfaction]].
#* ''Je ne sentis point cette horreur qui '''fait dresser les cheveux''' sur la tête et qui glace le sang dans les veines, quand les dieux se communiquent aux mortels : je me levai tranquille ; j’adorai à genoux, les mains levées vers le ciel, Minerve, à qui je crus devoir cet oracle.'' {{source|{{nom w pc|François de Salignac de La Mothe-|'=oui|Fénelon|Fénelon}}, ''{{w|Les Aventures de Télémaque (Fénelon)|Les Aventures de Télémaque}}'', livre II, 1699}}
#* ''Par où, en généralisant, nous arrivons à cette conclusion inattendue : « la société perd la valeur des objets inutilement détruits, » — et à cet aphorisme qui '''fera dresser les cheveux''' sur la tête des protectionnistes : « Casser, briser, dissiper, ce n’est pas encourager le travail national, » ou plus brièvement : « destruction n’est pas profit. »'' {{source|{{w|Frédéric Bastiat}}, ''[[s:Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas/Chapitre 1|Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas]]'', 1850}}