Différences entre les versions de « c’est la Charité qui se moque de l’Hôpital »

(Création : == {{langue|fr}} == === {{S|étymologie}} === : {{date|1865}} L’hospice de '''la {{W|Hôpital de la Charité de Lyon|Charité}}''' (détruit en 1933) et l’{{W|Hôtel-Dieu de Lyon…)
 
=== {{S|locution phrase|fr}} ===
'''c’est la Charité qui se moque de l’Hôpital''' {{pron|s‿ɛ la ʃa.ʁi.te ki sə mɔk də l‿o.pi.tal|fr}}
# ''({{Lyon)''}} {{figuré|fr}} {{désuet|fr}} Se dit ironiquement d’une personne qui se [[moquer|moque]] d’une autre pour un défaut dont elle est elle-même entachée.
#* ''Charité. — (Hospice de la). '''C'est la Charité qui se moque de l’Hôpital'''. Proverbe lyonnais analogue au proverbe français : [[c’est la pelle qui se moque du fourgon]].'' {{source|Armand {{pc|Fraisse}}, ''Causerie littéraire'', Le Salut Public, Lyon, 17 mars 1865, page 2}}
#* ''La Charité qui se moque de l’Hôpital. — Se moquer d’un compagnon d’infortune, que cette infortune soit égale ou plus grande. Un aveugle qui se moquerait d’un boiteux, ou un boiteux d'un aveugle, ne '''serait-ce pas la Charité qui se moquerait de l’Hôpital''' ? — Je n'ai pas besoin d’ajouter que l’Hôpital et la Charité sont deux établissements de Lyon qui abritent d’égales misères.'' {{source|Adolphe {{pc|Vachet}}, ''[https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57881474/f372 Glossaire des gones de Lyon]'', A. Storck et Cie, 1907, page 353}}