Wiktionnaire:Actualités/077-août-2021

Autres langues :
  • français

Actualités du Wiktionnaire

Numéro 77 — août 2021
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un journal mensuel sur le Wiktionnaire, les dictionnaires et les mots. Il est publié en ligne depuis avril 2015. Son écriture est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir un avis lors de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon de la prochaine édition. Vous pouvez lire aussi les Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Pour les commentaires, critiques ou suggestions, voir la page de discussion.

Mars.

Un crapaud cornu du Brésil (Ceratophrys cornuta) photographié par H. Zell (cliquez pour voir la photographie en entier).

Brèves d’ici

  • Une discussion vient questionner ce que sont les homographes non homophones dont on trouve une liste dans la catégorie Homographes non homophones en français Homographes non homophones en français et les critères qui font que l’on considère qu’il s’agit de deux mots dont la prononciation diffère alors que la forme est la même plutôt que d’un seul mot à prononciation variable.


Rencontres

  • Deux rencontres ont eu lieu ce mois-ci, la Wikimania, conférence internationale qui fut pour la première fois en ligne, et le premier WikiCamp francophone. Le Wiktionnaire a été peu évoqué lors du premier évènement, mais une présentation d’un magazine de wikipresse bengali a néanmoins stimulé la création d’une page Projet:Actualités pour réfléchir à l’évolution des Actualités du Wiktionnaire. Lors du WikiCamp, de nombreuses discussions ont pu évoquer le Wiktionnaire, et ont permis des rencontres stimulantes et de nouvelles idées, aussi bien pour du développement technique, pour de nouvelles dynamiques collectives, pour développer la valorisation des contenus du projet ou des interactions interprojets. De nombreux groupes locaux existent un peu partout dans le monde, qui reprennent les rencontres, les sorties photos ou documentaire et des partenariats avec des bibliothèques, des musées, des écoles ou d’autres structures, afin d’accéder à de nouvelles informations et aussi de vivre de sympathiques aventures collectives. Si vous avez envie d’en rencontrer, vous pouvez jeter un œil sur la carte de la communauté ou prendre contact avec une association nationale dans votre pays, tel que Wikimédia France, Wikimédia Canada, Wikimédia CH (pour la Suisse), Wikimédia Tunisie, Wikimédia Belgique, etc.


Statistiques

Du 20 juillet au 20 août 2021

Circle-icons-arrow-up.svg + 8 997 entrées et 99 langues modifiées pour atteindre 4 370 818 entrées et 1 218 langues avec au moins cinq entrées.

Circle-icons-typography.svg + 975 entrées en français pour atteindre 395 409 lemmes et 605 545 définitions.

Circle-icons-bar-chart.svg Les cinq langues qui ont le plus avancé, outre le français, sont le same du Nord (+ 5 183 entrées), le polonais (+ 842 entrées), l’italien (+ 320 entrées), le danois (+ 218 entrées) et l’allemand (+ 203 entrées).

Circle-icons-typography-ar.svg Les nouvelles langues sont : l’omagua (+1), le sakizaya (+1), le vieux danois (+1).

Circle-icons-quote.svg + 2 082 citations ou exemples en français pour atteindre 487 558.

Circle-icons-camera.svg + 283 médias d’illustrations (images et vidéos) dans les articles du Wiktionnaire, pour atteindre 54 746.


Du 31 juillet au 31 août 2021

Circle-icons-speaker.svg + 4 111 entrées contenant au moins une prononciation (dont 2 719 pour le français) pour atteindre 261 180 pages contenant au moins une prononciation audio pour 134 langues (dont 128 116 pour le français).

Icons8 flat mind map.svg + 4 nouveau thésaurus soit un total de 1 090 thésaurus dans 67 langues dont 795 thésaurus en langue française ! Les nouveaux thésaurus sont sur l’embryologie en chinois‎ par Popolon, le mot composé en français par Seb16120 et deux créations collectives durant le Wikicamp, sur le karst et sur le cocktail !

Circle-icons-trends.svg Wikiscan et Wikistats donnent chaque mois accès à beaucoup de mesures, dont la liste des pages les plus consultées et des pages modifiées par le plus de personnes.

Circle-icons-calendar.svg + 34 mots créés sur les 39 proposés dans les Mots du jour !

Structure du site icône.svg + 1 nouveau domaine sémantique ce mois-ci, celui de la spéléologie.

Brèves d’ailleurs

  • Publication du nouveau numéro de la revue académique de lexicographie Lexis sur l’humour et la créativité lexicale. C’est une revue à comité de relecture, dont les articles sont en anglais ou en français, mais qui intègre dans ce numéro des éléments de culture populaire, notamment avec la créativité lexicale des personnages de la série télévisée How I Met Your Mother !
  • Le 18 août, le journal Le Figaro publie une série d’articles réservés à ses abonnés mettant en avant des mots qui ont changé de sens au fil de leur histoire. Ce sont des informations provenant d’un ouvrage édité en octobre 2020 s’intitulant Les mots qui ont totalement changé de sens par Alice Develey et Jean Pruvost.
  • Le quotidien indien Deccan Harald se félicite du nombre croissant de mots de l’anglais parlé en Inde dans les dictionnaires et publie un entretien en anglais avec une des éditrices du Oxford English Dictionary dans lequel elle rappelle que les mots sont d’abord intégrés selon le critère de leurs notoriétés. Elle précise également que les mises à jour du dictionnaire ne se font pas en continu mais avec un rythme trimestriel.
  • La 7e édition du Multidictionnaire vient de sortir au Québec. Créé et tenu depuis 33 ans par la linguiste Marie-Éva de Villers, il se positionne au Canada comme une alternative au Petit Robert et au Petit Larousse. Sensible aux anglicismes mais proposant systématiquement une alternative d’origine française à ces mots, c’est un dictionnaire revendiqué comme normatif qui a pour but d’aider les locuteurs et les locutrices face aux difficultés du français, c’était d’ailleurs le cœur de son argumentation de vente des premières éditions. La linguiste en parle dans un interview de 20 minutes sur Radio-Canada.ca.


Dictionnaire du mois

Pierre Chompré, Dictionnaire abrégé de la fable, 1727

Le dictionnaire qui nous intéresse ce mois-ci concerne un best-seller ancien, un petit dictionnaire qui a été réédité plus de 100 ans après sa première édition. Pierre Chompré était un spécialiste de la littérature antique et dirigeait une pension d’où il donnait un enseignement classique à bien des jeunes gens qui se destinaient à en faire usage dans des carrières d’artistes ou d’orateurs. Réputé pour son enseignement, il n’a eut de cesse de transmettre ses connaissances à travers un grand nombre d’ouvrages pédagogiques qu’il écrivit au cours de sa vie.

Le Dictionnaire de la fable fut le premier d’entre eux et servit de base à son enseignement. En effet, il y rassembla dans un format très pratique (in-12) toute la matière des mythologies grécoromaines et celtiques, la « fable » comme on l’appelait à l’époque. En faisant attention à y enregistrer toutes les variations orthographiques (par exemple : Ææa, Æa, Ééa, Éa…) afin que les différentes traductions ne posent problèmes, il publia cet ouvrage dans l’idée primaire d’y soutenir ses cours. Mais le succès fut au rendez-vous.

Ainsi on trouve maintes rééditions jusqu’en 1850 environ, soit plus de 100 ans après la première édition et 90 ans après la mort de l’auteur. Un aspect intéressant de ce succès fut que bien qu’initialement dévolu à la compréhension des textes antiques afin de s’en détacher et de glorifier la religion catholique, les usages post-Révolution seront dû aux courants artistiques de cette période qui au contraire chercheront à se rapprocher de cette Antiquité de nouveau glorifiée, donnant ainsi naissance au romantisme, notamment.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce petit dictionnaire joua un rôle quelconque dans la diffusion artistique de la mythologie antique, il est sûrement un des outils pas mal utilisés durant cette grand période pour comprendre cette fable. En preuve, l’abondance de cet ouvrage que l’on peut encore trouver d’occasion chez pas mal de libraires. Vous pourrez trouver également l’édition de 1775, la douzième, sur Gallica. En vous souhaitant bonne lecture et bonne découverte de l’Antiquité à travers les yeux de nos ancêtres.
— une chronique par Lyokoï


À voir ou écouter

Quelques émissions audio ou vidéo sur la lexicographie, la linguistique et la langue française sorties ou découvertes ce mois-ci.

  • Monté de la chaîne YouTube Linguisticae propose des formats courts d’une minute depuis quelques mois. Celui d’août présente la différence entre langue et langage.
  • La chaîne en anglais de JuLingo propose depuis trois ans des vidéos de présentation de langues avec géographie, histoire et linguistique. Ce mois-ci, c’est une présentation de la langue basque.


Dictionnaires des linguistes de terrain

Parmi les ressources que l’on peut rencontrer sur les langues, parlons aujourd’hui des dictionnaires et des lexiques qui sont produits par des linguistes ou des missionnaires qui ne sont pas de la société dans laquelle la langue est parlée mais sont formés à l’étude des langues. Leurs productions découlent de leurs travaux d’analyse et peuvent s’inscrire dans une démarche de documentation, mais ne forment pas forcément des dictionnaires de définitions similaires à ceux rédigés pour des langues ayant de longues traditions de production de dictionnaires.

Un biais couramment rencontré est que l’existence des mots est documentée mais pas leurs sens. Il est important pour l’étude d’une langue de savoir si les mots fonctionnent comme des noms ou comme des verbes, moins souvent de quelle variété de plante il s’agit ou si des contraintes culturelles existent à l’usage d’un verbe. Les linguistes étudient les mots au sein du système de la langue, et le vocabulaire est alors une matière molle sous le cadre de la morphologie (étude de la forme) et de la syntaxe (étude des structures). Ce vocabulaire découle de la phonologie (étude des sons) et en offre de beaux exemples, mais il est souvent trop ambitieux pour des linguistes d’appréhender complètement le contexte de la langue, le contexte de la situation d’énonciation et le contexte culturel. Ce sont beaucoup d’informations à analyser, alors que la parole s’envole.

Même avec une formation pluridisciplinaire et des outils modernes pour capter le son et l’image, les subtilités des langues sont nombreuses, et les dictionnaires issus du terrain ne sont souvent que des sous-produits des analyses, qui permettent de distinguer le sens des mots mais pas de le comprendre, car le sens n’a pas été étudié de la manière dont des locuteurs et locutrices natifs pourraient l’étudier. Et même dans des travaux rédigés avec les communautés, il est difficile de présenter suffisamment d’exemples d’usage et d’indications culturelles pour que les documents produits soient utilisables dans la vie courantes.

Ces dictionnaires sont néanmoins des ouvrages utiles, qui réunissent des informations jusque-là inconnues, mais ils demeurent largement améliorables. Et dans certains cas, une édition augmentée voit le jour, des années après le début de l’étude de la langue, qui présente de plus riches informations, utiles pour la communauté et au-delà, pour comprendre les mots et permettre leurs réemplois.

Est-ce qu’un outil numérique collaboratif tel que le Wiktionnaire permettrait d’accélérer ce processus et d’intégrer une part plus large d’une communauté linguistique ? C’est une possibilité, même si l’outil devra être utilisable par une communauté simplement, ce que n’est pas vraiment le Wiktionnaire, et qu’un accompagnement à la préparation d’un dictionnaire paraît nécessaire afin que la démarche puisse aboutir en réunissant des informations riches et proches de l’usage.
— une chronique par Noé

Les collaborations de la semaine d’août

Ces propositions, affichées sur la page d’accueil, ont été proposées par Sebleouf, Noé et Lepticed7. Merci de leurs contributions aux personnes qui ont créé les mots et notamment à Destraak qui a été particulièrement inspiré ! applau

Semaine 30 (26 juillet au 1er août 2021)

« Et là, j’ouvre le placard, et je trouve un tas de balais ! Un balai à franges, un balai rasant, un balai coco, un balai à soie, un balai faubert, un balai trapèze et même un balai paille de riz ! Bref, plein de balais. »

Semaine 31 (2 au 8 août 2021)

Marre des mouches ! En plus, je ne sais même pas desquelles il s’agit ! Mouche à damier Wikipedia-logo-v2-no-text.svg, de l’asperge Wikipedia-logo-v2-no-text.svg, du fromage Wikipedia-logo-v2-no-text.svg, de la betterave Wikipedia-logo-v2-no-text.svg, de Hesse Wikipedia-logo-v2-no-text.svg, de la bryone (Liriomyza bryoniae, absente aussi de Wikipédia !)

Semaine 32 (9 au 15 août2021)

Connaissez-vous les îles du Vent et les îles Sous-le-Vent ? Quelques-unes manquent au Wiktionnaire : Maiao, Tetiaroa, Manuae, Maupihaa, Motu One et Tupai.

Semaine 33 (16 au 22 août 2021)

Cette semaine, il y a de la joie ! Mais pourtant, il manque des expressions pour le dire : mettre en joie, ivre de joie, déborder de joie, nager dans la joie, avoir l’alcool joyeux, hymne à la joie

Semaine 34 (23 au 29 août 2021)

Prenons de la hauteur pour visiter quelques villes d’altitude de plus de 100 000 habitants : Shigatsé, Juliaca, Puno, Ecatepec de Morelos, Mekele, Ghazni

Semaine 35 (30 août au 5 septembre 2021)

Côté adverbe, il en manque encore : déductivement, euphoriquement, symphoniquement et encore plus en explorant les usages régionaux : bagrament (en Algérie), rouf-rouf (en Belgique), zirablement (en Louisiane)

Semaines suivantes

En septembre, du fromage, du transfert de compétence, des estampes et des chevaux.