Ouvrir le menu principal

Autres langues :
English · ‎français

Cette page a pour objectif de tracer un bilan de ce qu’est le Wiktionnaire en 2015, de ce que l’on peut faire sur le projet, ce qui va bien, ce qui ne va pas. Une analyse critique qui servira d’entrée à ceux qui veulent creuser le fonctionnement du projet.

Cette page est proposée à la lecture et n’a plus vocation à être modifiée à l’avenir. Un autre bilan sera rédigé collectivement pour 2016 et proposé sous sa forme définitive fin décembre 2016. Si la démarche vous intéresse, n’hésitez pas à participer aux discussions de la Wikidémie ou à rédiger vos réflexions sur des pages personnelles dont vous pourrez faire-part à la communauté, une fois vos réflexions abouties !

Sommaire

Le projetModifier

Le contenuModifier

les points forts 
  • L’expansion sans limite de son contenu de mots et des locutions.
  • La présence d’entrées qui ne se trouvent dans aucun autre dictionnaire, comme les entrées sur les flexions, sur les noms scientifiques en biologie, sur les noms propres, sur les noms de familles et sur les prénoms (les dictionnaires de noms propres existent, mais sans les prononciations, pourtant particulièrement utiles dans certains cas).
  • La richesse possible que lui offrent ses annexes et ses thésaurus.
  • La rapidité des bots à ajouter et améliorer du contenu libre.
  • La souplesse du code qui permet des illustrations de tous types et de prendre en compte la plupart des exceptions.
  • La constitution de listes de mots de taille inédite via les catégories.
les points faibles 
  • La lente montée en qualité, toujours plus faible que celle de l’enrichissement du contenu.
  • Certains considèrent que la redondance d’information lors de variantes orthographique pose problème parce qu’elle implique, en l’état actuel, une duplication des efforts. Lorsque le signifié est totalement identique, il y a redondance d'information. Mais, les différentes orthographes étant des entrées différentes, elles sont traitées et mises à jour différemment. Certains pensent, au contraire, qu’il faut raisonner au niveau de la graphie, parce que notre unité de gestion et de consultation est la page, et que, si on veut que le lecteur ait immédiatement les renseignements qu’il cherche, il ne faut jamais dégrader une page sous prétexte d’éliminer de la duplication (cela permet en même temps de garantir facilement que le projet ne fait que progresser, sans régresser). La réflexion sur le sujet manque d’un espace où se développer pleinement, malgré de nombreuses discussions sur le sujet.
  • Le projet manque de visibilité : peu de personnes savent ce qu’est le Wiktionnaire et encore moins comment il fonctionne, même au sein des contributeurs d’autres projets de la Fondation Wikimedia. Parfois, le nom évoque quelque chose aux utilisateurs d’Internet, parce qu'ils le voient assez souvent mentionné à une bonne place dans les résultats des moteurs de recherche, mais ils n’y associent pas de valeurs positives ou ne peuvent pas l’expliquer clairement. L’absence d’un logo uniforme sur l’ensemble des Wiktionnaires n’est sans doute pas étranger à ce fait.
L’inévitable 
  • Les ébauches, et l’information non sourcée au sein des entrées impliquent une méfiance du public averti. Ce n’est évitable qu’avec beaucoup de pédagogie, et le Wiktionnaire est en retard sur Wikipédia sur ce point, même si le Wiktionnaire francophone est le projet qui travaille le plus sur ce point, avec pas moins de quatre conférences publiques sur le sujet en 2015 et le lancement d’une permanence mensuelle permettant d’expliquer le projet en personne.
  • Le lexique du français est très bien couvert, mais en dehors d’une poignée d’autres langues de forte diffusion, la plupart des langues sont encore très peu explorées.
L’améliorable 
  • Les pages avec leurs entrées et leurs définitions, leur contenu en général, sont par principe toujours améliorables.
  • Les annexes de conjugaison ne sont pas assez visibles dans les pages contenant des verbes ou des flexions.
  • Les annexes listes devraient être transformées en catégories, après bleuissement des liens rouges ou en thésaurus structurant mieux les termes.
  • La mise en forme des sources devrait permettre de différencier les sources selon les différentes sections (étymologie, définition, traduction, prononciation, etc.)
  • La prise en compte de citation visuelle (onomatopée dans une bulle de BD) devrait pouvoir être possible.
  • L’enrichissement en contenu média (image, son, vidéos, schéma…) nécessite un effort important mais promet une augmentation en qualité non négligeable.
  • Le développement des thésaurus permet de voir les manques et d’offrir une nouvelle manière de naviguer entre les termes enrichie.

La techniqueModifier

les points forts 
  • La souplesse de présentation de l’information malgré une structure rendue rigoureuse par l’utilisation de modèles.
  • Le passage en Lua de nombreux modèles a permis d’accélérer les performances, sans pour autant complexifier le système pour le contributeur.
  • Un énorme bond en avant au niveau de l’accessibilité, de la facilité à contribuer. Principalement pour la traduction, la création de nouvelles pages et la création de flexion.
les points faibles 
  • L’augmentation lente en complexité due au passage à Lua ajoute un obstacle supplémentaire pour se mettre à la programmation.
  • Une recherche des mots indigente : 10 résultats affichables non triés et ignorant l’Unicode (un comble pour un dictionnaire de langues).
  • L’hétérogénéité de présentation des différents wiktionnaires.
  • La duplication inutile des tâches et du travail pour certaines informations qui devraient être gérées en amont et une bonne fois pour toutes (ex : réécriture du titre de la page en gras avant la définition, prononciations tapées en double ou triple, code langue de section répété sur chaque ligne ou presque).
  • Contribuer reste très compliqué pour des contributeurs débutants ou de passage malgré tous les efforts faits (éditeur visuel, gadgets méconnus).
L’inévitable 
  • La dépendance du projet à des plateformes extérieures comme WMF Labs, ou bien aux mises à jour de Pywikibot (script principal des bots du projet).
  • Les liens inter-langues sont ajoutés à la main ou par des bots, faute d’une gestion par Wikidata.
L’améliorable 
  • Pas de catégorie par genre (ex : noms masculins en français), alors que d’autres Wiktionnaires l’incluent dans leurs modèles. Nonobstant les Catégorie:Prénoms masculins en français qui ont un paramètre "genre" bien à eux.
  • Les liens vers les thésaurus pour les mots figurant dans des thésaurus se font à la main alors qu’un bot pourrait se charger de les ajouter.

La communautéModifier

L’ambianceModifier

Pas d’attaque personnelle, seulement des études de comportement !

les points forts 
  • Les demandes aux administrateurs et bureaucrates sont toutes traitées en moins de 24 h.
  • Il y a une bonne ambiance en général sur le Wiktionnaire, le climat est serein. Bien sûr, il y a quelques prises de bec et quelques coups de gueule de temps à autre, mais c’est rare et la plupart du temps, quand un contributeur attaque une contribution, l’auteur de cette dernière ne le prend pas personnellement et accepte la critique ou y répond sur le fond. Ce qui n’est pas le cas dans beaucoup d’autres endroits (sur Internet ou ailleurs).
  • Les propositions de changement structurels aboutissent généralement, bien qu’elles puissent tarder et parfois intéresser trop peu de contributeurs.
les points faibles 
  • Les utilisateurs bloqués contournent le blocage dont ils font l’objet grâce à des adresses IP dynamiques.
  • Les projets collectifs, comme les projets de la semaine ou éditathons, sont rarement suivis.
  • Trois prises de décision trainent depuis plusieurs années sans avoir abouti.
L'inévitable 
  • Certaines IP sont très actives et ne veulent pas créer de compte.
  • Certains collent des tas de traductions de langues qu’ils ne connaissent pas sans sourcer (d’où des singuliers traduits en pluriels ou en hyponymes).
L'améliorable 
  • La majorité des questions sur les mots sont posées sans la moindre marque de respect (les IP ne semblent pas avoir utilisé le moteur de recherche au préalable, et s’attendent à ce qu’on leur lise les définitions), et vu le très faible nombre de retours de la part des questionneurs non inscrits à qui nous avons répondu, on peut aussi se demander s’ils arrivent à retrouver leur question au milieu des centaines d’autres.
  • Le développement de projets conjoints avec des wikipédiens ou des contributeurs à Commons peut amener des nouveaux contributeurs et des synergies intéressantes entre les contributeurs.

La productionModifier

les points forts 
  • Toutes les modifications sont marquées comme relues par des utilisateurs élus (patrouilleurs et administrateurs).
  • Au fil du temps, les contributeurs les plus réguliers se sont formés par eux-mêmes afin de mieux participer, notamment en apprenant la terminologie du lexicographe, l’alphabet phonétique international, le Lua.
les points faibles 
  • Peu de projets d’équipe, concertés et qui amènent à des synergies, à part cette année pour la première fois avec le projet WikiFromage.
  • Trop peu d’explications au sein du projet pour permettre aux contributeurs de se former par eux-mêmes sur les complexités liées à la création d’un dictionnaire. Sur ce point, l’aide sur la prononciation a été nettement améliorée cette année, mais il reste beaucoup de chose à faire.
L’inévitable 
L’améliorable 
  • Les pages d’aides se sont nettement améliorées depuis le début du projet et continuent de l’être.
    • Les documentations des modèles doivent être reformatées pour être visibles dans l'ÉditeurVisuel.
  • La prise en compte des droits des marques est présente dans le projet mais la nécessité de créer une page Wiktionnaire:Droits des marques se fait sentir pour protéger les contributeurs.
  • La façon de présenter les exemples d’attestations dans le Wiktionnaire n’est pas complètement normalisée et une page d’aide sur le sujet manque encore.