Wiktionnaire:Actualités/Brouillon

Cette page contient des modifications qui ne sont pas marquées à traduire.

Actualités du Wiktionnaire

Numéro 79 — octobre 2021
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un journal mensuel sur le Wiktionnaire, les dictionnaires et les mots. Il est publié en ligne depuis avril 2015. Son écriture est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir un avis lors de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon de la prochaine édition. Vous pouvez lire aussi les Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Pour les commentaires, critiques ou suggestions, voir la page de discussion.

Brèves d’ici


Statistiques

Du 20 septembre au 20 octobre 2021
Du 30 septembre au 31 octobre 2021

Brèves d’ailleurs

  • Avis de publication d’une somme encyclopédique intitulée Dictionnaire de sociolinguistique diffusée librement sur internet. Cette compilation thématique réunie de nombreux experts et expertes pour présenter les notions principales de la sociolinguistique actuelle.
  • Le Dictionnaire des francophones propose une première mise à jour depuis son lancement en mars dernier, avec notamment l’ajout de FranceTerme, une amélioration de l’ergonomie et de l’accessibilité. La note de version détaille les changements effectués.
  • L’entreprise Druide informatique fête les 25 ans de son logiciel de correction de texte, Antidote et publie une nouvelle version présentée en vidéo qui invite des lexicographes de plusieurs équipes différentes pour présenter leurs différents travaux et les innovations technologiques apportées à leur produit qui intègre également un dictionnaire avec plus de 250 000 entrées.


Colloque sur les dictionnaires numériques

Ces 26 et 27 octobre se tenait à Paris un colloque universitaire intitulé Dictionnaires et culture numérique dans l’espace francophone pendant lequel le Wiktionnaire a été abordé à de nombreuses reprises. Il s’agit de la troisième rencontre, qui fait suite à celle de Milan dont nous avions parlé dans les Actualités d’octobre 2018. Une présentation portait notamment sur la quantité et la qualité dans le Wiktionnaire. Une autre présentation portait sur l’impression de dictionnaires numériques, dont celui du Wiktionnaire appelé Le Dico dont vous trouverez une présentation dans les Actualités d’octobre 2019. Une autre présentation discutait du traitement des anglicismes phraséologiques dans le Wiktionnaire.
— une chronique par Noé

Dictionnaire du mois

Jean-Loup Chiflet, Sky my husband! Ciel mon mari ! Guide de l’anglais courant. Guide of the running English, 1985.

Avec le prétexte des projets de la semaine sur les idiotismes animaliers et des néologismes en -tech, il est impossible de manquer ce dictionnaire d’expressions qui mêle sur une centaine de pages les formules les plus imagées de la langue française, chacune associées à deux traductions en anglais. La deuxième est en « anglais propre » (proper English, ou plutôt la véritable traduction) ; la première est une délicieuse tentative de traduction littérale.

« Délicieuse », car John-Wolf Whistle (l’auteur), parle bien de recette de cuisine dans sa préface ! Devant la clameur qui s’élevait au milieu du XXᵉ siècle face à l’inquiétude d’une « franglisation » de la langue française à grands coups de meetings, brainstormings, best-sellers et marketing, Jean-Loup Chiflet oppose un percutant « Ne valait-il pas mieux en rire ? […] Puisque l’anglais était là, on allait le cuisiner à la française […] » !

Une nouvelle gastronomie qui fait rire without shouting station (sans crier gare). Et qui nous mène du bite-gentleman (croque-monsieur) au wrong net (faux-filet) en passant par le hot pot (pot-au-feu). Et alors que j’écris ces lignes, il est difficile de me restreindre : la tentation to write toasts (d’en écrire des tartines) est grande à chaque page que je tourne.

Les associations incongrues de mots et de sens s’enchaînent et s’entremêlent entre les « leçons », dans des phrases de « révisions » tout aussi savamment assaisonnées. Avec une simple leçon à retenir : amusons-nous avec nos living tongues (langues vivantes) et évitons de prendre les prophéties d’affaiblissement de la langue française at the foot of the letter (au pied de la lettre) !

À consommer sans modération !
— une chronique par Poslovitch


À voir ou écouter

Quelques émissions audio ou vidéo sur la lexicographie, la linguistique et la langue française sorties ou découvertes ce mois-ci.

  • « Mais qui donc se cache derrière le rideau ? » – Nous vous l’avions déjà présentée en janvier, mais la période est propice aux freakshows et autres joyeusetés terrifiantes… Tremblez de peur face au génial freak show de l’Académie française !

Une page par forme de mot ?

Le Wiktionnaire n’est pas un dictionnaire comme les autres par de nombreux aspects, et l’un d’entre eux est le choix d’avoir une page par suite de caractère plutôt qu’une page par mot. Sur une même page on trouvera dès lors plusieurs sections, correspondant à autant de langues différentes. Cela peut permettre de découvrir des similarités entre langues en contact, par exemple entre les langues régionales de France et la langue française de France. Les pages sont plus longues, pouvant rendre la consultation moins agréable pour le lectorat qui rechercherait des informations sur une langue en particulier dont la position va bouger selon les pages. Les pages de catégories, qui présentent des listes de mots, vont cependant aider à aller directement au bon morceau de la page, correspondant à la langue recherchée. Reste qu’en consultation mobile, c’est une perte de temps conséquente.

Un des outils de contrôle de la qualité du contenu du Wiktionnaire, c’est la possibilité de suivre des pages, pour les personnes inscrites. Elles sont alors informées des modifications faites par autrui. Sur les longues pages multilingues, il y a cependant de fortes chances que la partie modifiée ne concerne pas des langues connues par la personne qui contribue, produisant du bruit dans la liste de suivi. Ce choix rend parfois moins efficace la veille et le contrôle sur le contenu.

Mais ce choix-là a une autre conséquence. Un même mot dans une langue peut parfois s’écrire de plusieurs manières différentes. Que ce soit dû à l’évolution de la langue (aout et août, clé et clef par exemple), des aires d’usage différentes (yaourt et yogourt) ou une forme non figée (quésaco ou v’là-t-i’ pas). Les raisons sont nombreuses et le Wiktionnaire a fait le choix de ne pas sélectionner une seule forme mais de multiplier les pages, autant que nécessaire, afin de décrire toutes les formes de tous les mots de toutes les langues.

Souvent, au moment de la création, une des formes est privilégiée, mais ensuite, chaque page va vivre sa vie et sera enrichie de manière variée. Cela va entraîner de la diversité dans le traitement de l’information, nécessitant une navigation plus chaotique au sein du contenu, sans savoir jamais comment avoir l’information complète. L’enrichissement est plus long et irrégulier, mais cela permet néanmoins de proposer bien plus d’information, avec notamment des exemples pour chaque forme, des précisions sur les éventuelles différences de prononciation ou d’usage de chaque variante. Les anagrammes vont également être différentes.

Avoir des pages dédiées aux formes que d’autres dictionnaires présentent comme des fautes d’orthographe ou ne documentent pas du tout permet d’expliquer en quoi ce sont des variations par rapport à la norme, ce qui les a fait changer ou bien l’époque où c’était la forme en usage, comme pour monumens ou joûra.

De nombreuses informations pourraient être mutualisées entre ces pages, telles que la rédaction de la définition, les informations grammaticales, l’illustration. Cela n’est pas possible facilement avec l’outil Mediawiki qui est utilisé par le Wiktionnaire et qui n’est pas conçu initialement dans le but de fabriquer des dictionnaires. L’enrichissement est alors artisanal, imparfait et un peu foutraque. Mais malgré ça, le Wiktionnaire réussit à présenter bien plus d’informations qu’un dictionnaire traditionnel sur ces mots.
— une chronique par Noé

Les collaborations de la semaine d’octobre

Ces propositions, affichées sur la page d’accueil, ont été proposées par Noé, Sebleouf et Dbult. Merci de leurs contributions aux personnes qui ont créé les mots ! applau

Semaine 39 (27 septembre au 3 octobre 2021)

Connaissez-vous les marques du cheval ? Un article de Wikipédia vous permettra de découvrir des mots qui manquent au Wiktionnaire tel que herminure, truiture, belle-face, nez de renard ou marque de feu, charbonnure.

Semaine 40 (4 au 10 octobre 2021)

De plus en plus de mots qui désignent des innovations technologiques dans un domaine apparaissent et utilisent le suffixe -tech. Il y a par exemple la beautytech, la greentech, la edtech, la caretech, la sportstech ou même la churchtech.

Semaine 41 (11 au 17 octobre 2021)

Semaines suivantes

En novembre, les thèmes n’ont pas encore été imaginés.