aéropage

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Cette erreur vient du fait que l’on est beaucoup plus habitué aux mots qui commencent par aéro- qu’aux mots qui commencent par aréo-. Comme ce mot est très peu familier à la plupart des gens du fait de sa rareté, l’erreur est facile notamment à l’oral où la prononciation fautive aéropage \a.e.ʁɔ.paʒ\ est confondue avec celle du nom commun bien réel aréopage \a.ʁe.ɔ.paʒ\.

Nom commun Modifier

aéropage \a.e.ʁɔ.paʒ\ masculin

  1. Mot utilisé par erreur à la place de aréopage.
    • Le Roi, fort de la pureté de ses intentions, crut devoir enfin user de toute son autorité ; un lit de justice fut tenu , et l’aéropage rebelle aux volontés de son souverain , fut envoyé en exil. — (Anonyme, Une Fleur sur le tombeau de Louis XVI, Berlin : chez Cavelier, 1793, p. 29)
    • C’est ainsi qu’à la séance du 30 décembre 1898, M. Reymond, trésorier de l’Académie delphinale, se félicitera devant cet aéropage qui comptait plusieurs universitaires, de voir « depuis trois ans de plus en plus d’étrangers à la Faculté » : en 1897-1898, il y en avait 57. — (Louis Alphonse Maugendre, La renaissance catholique au début du XXe siècle, chap. 3 : Georges Dumesnil, tome 1, Paris : Éditions Beauchesne, 1963, p. 79)
    • Nous avons approché le troupeau pour bavarder socialement avec les invités, un aéropage de Chinois fortunés ; Konrad Dreive et nos conseillers nous ont présenté deux membres du Bureau Central, un ministre, Tiffany le connaissait, […]. — (Stéphane Fière, Une Chinoise ordinaire, Éditions Anne-Marie Métailié, 2014, chap. 5)