abaissement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de abaisser avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
abaissement abaissements
\a.bɛs.mɑ̃\

abaissement \a.bɛs.mɑ̃\ masculin

  1. Action d’abaisser, de s’abaisser, ou résultat de cette action.
    • Plus tard, par une méthode déjà plus délicate, j’inscrivais les phases d’élévation et d’abaissement des ailes d’un oiseau qui vole, la trajectoire décrite dans l’espace par la pointe de l’aile, les changements du plan alaire, les oscillations du corps dans leurs rapports avec les mouvements du vol. — (Étienne-Jules Marey, Le Fusil photographique, dans La Nature - Revue des sciences, 1882, page 326)
    • L’abaissement du mercure dans le baromètre.
    • L’abaissement de la voix.
  2. (Figuré) Diminution ; affaiblissement.
    • […], et, généralement, sous toutes les zones boréales, c’est dans le mois de février que s’observent les plus extrêmes abaissements de température. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Un abaissement des prix a été annoncé.
    • Abaissement des caractères.
    • Louis XI travailla beaucoup à l’abaissement de la maison de Bourgogne.
    • L’abaissement de la natalité.
    • L’abaissement des revenus, du taux de l’intérêt.
  3. (Figuré) Humiliation ; état de bassesse.
    • L’esclavage n'entraînait pas du reste un abaissement irrémédiable, et on voyait au makhzen des affranchis parvenir aux fonctions les plus élevées. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 34)
    • Un tel abaissement ! Il ne pense plus qu’à la boisson !
  4. (Figuré) Humilité, état qui mêle crainte et respect.
    • Le vassal se tient dans l’abaissement devant son seigneur.
    • Se tenir dans l’abaissement devant Dieu.
  5. (Figuré) Déclin, dégénérescence d'une personne, d'une institution ou de la société.
    • Nous vivions alors dans une époque étrange, comme celles qui d'ordinaire succèdent aux révolutions ou aux abaissements des grands règnes. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Chaque génération plus incertaine qui succède à des générations déjà fatiguées, chaque grand esprit qui meurt sans descendance, sont des signes auxquels on reconnaît, dit-on, un abaissement dans la température morale d’un pays. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 238)
    • L’abaissement du prince inquiète son entourage.
    • L’abaissement de l’administration russe a provoqué la résurgence de volontés indépendantistes.
    • L’émergence de la civilisation romaine accentua l’abaissement de la civilisation grecque.
  6. (Médecine) Descente d'un organe suite à un problème de ses supports naturels.
  7. Abaissement d’une équation : réduction d’une équation à un degré moindre.
  8. Abaissement pour un blason : addition dans un écu de quelque pièce qui en abaisse la valeur.

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de abaissier avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

abaissement \Prononciation ?\ masculin

  1. Coucher (du soleil).

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier