EspagnolModifier

ÉtymologieModifier

Du latin aperīre.

Verbe Modifier

abrir \aˈβɾiɾ\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Ouvrir.

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

GalicienModifier

ÉtymologieModifier

Du latin aperīre.

Verbe Modifier

abrir \Prononciation ?\ (voir la conjugaison)

  1. Ouvrir.

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

PortugaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin aperīre.

Verbe Modifier

abrir \ɐ.bɾˈiɾ\ (Lisbonne) \a.bɾˈi\ (São Paulo) 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Ouvrir.
    • Bancos do sul abriam agências, o Banco do Brasil edificara prédio novo, de quatro andares, uma beleza! — (Jorge Amado, traduit par Georges Boisvert, Gabriela, cravo e canela, Companhia das letras, 1958)
      Des banques du Sud ouvraient des succursales. La Banque du Brésil s’était dotée d’un immeuble neuf à quatre étages, une merveille !
    • (...) Blake manda entregar uma piza em casa de Ken. O estafeta toca à campainha, Ken abre a porta, sem hesitar, discute, espantado, com o funcionário, que se vai embora com a sua caixa. — (Hervé Le Tellier, traduit par Tânia Ganho, A Anomalia, Editorial Presença, 2021)
      (...) Blake fait livrer une pizza chez Ken. Le livreur sonne, Ken ouvre la porte, sans hésiter, discute, étonné, avec l’employé, qui repart avec sa boîte.
  2. Frayer (chemins, voies).
    • Abriam-se ruas para os lados do mar e dos morros, nasciam jardins e praças, construíam-se casas, sobrados, palacetes. — (Jorge Amado, traduit par Georges Boisvert, Gabriela, cravo e canela, Companhia das letras, 1958)
      De nouvelles rues s’élançaient vers la mer et vers les mornes ; places et jardins se multipliaient ; maisonnettes, immeubles, résidences de luxe surgissaient de terre.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier