FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De brute avec le préfixe a-.

Verbe Modifier

abrutir \a.bʁy.tiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’abrutir)

  1. Rendre stupide comme une bête brute.
    • Le sentiment de révolte que l'on rencontre dans les classes pauvres se colorera dès lors d'une atroce jalousie. Nos journaux démocratiques entretiennent cette pas­sion avec beaucoup d'art, dans la pensée que c'est le meilleur moyen d’abrutir leur clientèle et de se l’attacher ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 227)
    • Pour que le téléspectateur ne soit pas totalement abruti par des talk-shows et leurs têtes à clashs ou des téléréalités avec des personnages ignares et exubérants. — (Jean-Marc Gheraille, La culture à la télévision: encore quelques îlots de résistance, le 10 novembre 2019, sur le site de La DH Les Sports+ (www.dhnet.be))
  2. (Pronominal) Devenir stupide comme une bête brute.
    • Cet homme s’abrutit devant sa télé.
    • Sur le perron, Édolfius s'abrutissait de cognac. — (Sylvain Tesson, Une vie à coucher dehors, Gallimard (folio), 2009, p. 31.)
  3. (Familier) Accabler ; éreinter.
    • Chaque coup m’abrutissait davantage mais en même temps me raffermissait dans ma décision : ne pas céder à ces brutes qui se flattaient d’être les émules de la Gestapo. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Ça m’abrutissait à tel point que je butai sur un gosse qui tenait un sac : « Tu peux pas faire attention, saligaude ! » hurla-t-il. — (Calixthe Beyala, Assèze l'Africaine, Albin Michel, 2012, chap. 14)


Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier