Ouvrir le menu principal
Voir aussi : ạch, -ach, -ach-, ʼach

Sommaire

Conventions internationalesModifier

Symbole Modifier

ach invariable

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 de l’acoli.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

  • ach sur Wikipédia  

AllemandModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Interjection Modifier

ach \ax\

  1. Hélas !, ah !, pour exprimer les regrets.
  • Ach du liebe Zeit!
  • Ach so ein Pech!
  • Ach du meine Güte!
  • Ach du liebe Güte!
  • Ach du Schreck!
  • Ach du mein Schreck!
  • Ach du lieber Schreck!
  • Ach du liebes Lieschen!
  • Ach du liebe Zeit!
  • Ach du grüne Neune!
  • Ach du lieber Augustin!
  • Ach du heiliger Strohsack!
  • Ach ich Armer!
  • Ach was weiß ich!
  • Ach Gott!
  • Ach Herrje!
  • Ach geh!
  • Ach bitte!
  • Ach quatsch!

DiziModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

ach \Prononciation ?\

  1. Viande.

Gaélique écossaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Conjonction Modifier

ach \Prononciation ?\

  1. Mais.

AnagrammesModifier

Gaélique irlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du vieil irlandais acht « sauf, excepté ».

Conjonction Modifier

ach \ax\

  1. Mais.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Interjection Modifier

ach \Prononciation ?\

  1. Hélas, aïe.
  2. Ah.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 89,7 % des Flamands,
  • 97,5 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]